Dug-fanfics

Fanfictions
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 (FT) La guerre des tatas

Aller en bas 
AuteurMessage
philquiet
Fanfickeur(euse)
Fanfickeur(euse)


Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 24/03/2006

MessageSujet: (FT) La guerre des tatas   Lun 27 Mar à 13:22

Là je mets les épisodes 1 à 6 d'un coup vu qui sont déjà faits...


Titre: DUGPDCV : la guerre des tatas
Note sur le titre: ca fait titre de film.. en fait, c'est une idée de BD que je vais peut-être réaliser à un moment donné...
Genre: genre galaxie, dramatique
Disclamer : L’univers de Galaxie appartient à Claude Legault et Pierre-Yves Bernard. S'inspire en partie de la dernière épisode saison 4
Spoilers du film : c'est quoi ça?
Auteur : Philquiet
Rating : Pour tous - je sais pas les codes...

Épisode 1-L'espoir

L'espace infini... On ne se rend jamais vraiment compte comment grand peut être l'univers...
Quatre ans d'explorations ne suffisent pas pour évaluer toute la grandeur du cosmos...
Mais ils l'ont tout de même trouvé.
La planète.
C'est le temps du champagne et des discours, mais c'est surtout un fugitif moment de bonheur, de satisfaction, de soulagement.
Ils l'ont trouvé. La planète pour déménager 6 milliards de tatas.
Un mécanisme rangé sous clé durant ces quatres ans est enfin enclenché...
Lentement, le capitaine Charles Patenaude, fier officier de la flotte spatiale de la fédération planétaire terrienne, mais surtout un des plus valeureux capitaines de son temps, entra le code d'activation...
Il avait peine à y croire...
Ils avaient peine à y croire...
Le canon s'enclenche, la sonde part. La sonde spéciale qui tient en son sein la boîte noire la plus précieuse de toute l'humanité. Le parcours en quatre ans du Romano-Fafard est stocké là... avec l'emplacement de la planète.

Elle s'appelle Tous.

Plusieurs mois plus tard, la journée paraissait être comme toute les autres journées, au centre de relais central en Antarctique. Le soleil brille... L'herbe y est jaune et les pissenlits aussi... Le sergent Raoul Dubé n'avait aucune raison pour espérer de voir rompre sa monotonie. Ni d'ailleurs le caporal Steve Duceppe, aussi en charge du centre. Ils étaient devant la télé, à voir un documentaire repris au moins deux fois par semaine, comme pour essayer de raviver un espoir déjà éteint:
-... sommes en 2034. La situation sur Terre est catastrophique. C'est pourquoi, le 28 octobre 2034, date historique, la fédération planétaire a envoyé le vaisseau spatial Romano-Fafar...
-Éteint ça. Ça déprime.
-Pourquoi? Peut-être qui sont encore vivant....
-C'est des conneries!
-Ben quoi!
-Aussi bien rêver et dire que c'est pour aujourd'hui... Tin, j'parie cinq piastre que...
BIB!!
La conversation coupa net et l'attention des deux hommes se tourna vers la console d'où le timbre provenait. Il ne peut y avoir que deux raisons pour qu'il sonne... Soit ils ont encore reçu un message extraterestre qui dise qu'ils sont des twits, soit...
-Pis, c'est quoi?
Raoul avait les yeux rivés sur l'écran. Comme de raison, il y avait peine à y croire...
-Qu'est-ce qui se passe?
-Ben, disons que 2 minutes de plus et tu perdais cinq piastres.

La fédération fut immédiatement alerté, et on organisa une réunion extrodinaire du conseil des nations.

Tous les délégués ce soir là aura peine à y croire...

À SUIVRE...





ÉPISODE II- Appelez dès maintenant



La rumeur dans les tribunes monta d'un ton lorsque le président de l'assemblée présenta une diapositive sur son hologramme.
Cela faisait un quart d'heure que les délégués étaient arrivés à la hate. Dans des réunions comme celles-là, pensaient-ils, c'est sûr que le destin de l'humanité sera à l'ordre du jour. C'est la troisième fois qu'une réunion extraordinaire a été orginisée. La première remonte à 2034...
Aucune fois lors de ces réunions les délégués n'ont été déçu quant à son importance capitale...
Mëme pas la quatrième.
-Messieurs, ce que vous voyez-là est une planète. Notre planète.
Il n'en fallait pas plus. Tout le monde se leva et commenca à applaudir. Les applaudissement firent place à des cris de joie, des cris de joie à des embrassades...Il serait facile de dire que c' est trop beau pour durer. C'est parce que C'EST facile, surtout à observer....
Parce que LA question approchait....
LA question... le cauchemar des optimistes et des futurologues... La plus sournoise et la plus troublante...la question qui mettra en valeur le défaut de l'humain le plus fort et le plus destructeur... le défaut mis en lumière par Machiavel, le défaut qui montre l'homme dans son état naturel et primaire... l'homme 100% pur porc...

L'égoïsme.

-Abordons maintenant la question du partage des territoire...

Affaissement de tous les sourires. On avait beau l'attendre, la craindre cette question... On ne s'en sotira pas en douceur. Si la planète était lisse, ses ressources minières visibles uniformes et les pays égaux en puissance, il n'y aurait pas de problème. Mais là...

Les hurlements de joie on laissé place au hurlements de colère. Tous les hologrammes de sous-titrages étaient saturés d'injures censurés par les pictogrammes universels des obsénités...
Étoile...Fusil...tête de mort...étoile...tourbillon...couteau...poing...

La barre était franchie... en son fort intérieur le président voulait que ce soit différent... il ne voulait pas en arriver là... mais il n'avait pas le choix...
Il appuya sur le bouton rouge.

Tout s'éteignit instantanément. Le silence se fit, lourd de menaces. Seul le projecteur principal restait allumé, fantomatique. Et dessus imprimé en linéales grasses la déclaration fatidique:

Décret #27 d'octobre 2034
-----------------------------------
En cas de mésentente GRAVE par rapport à la question du partage des territoires de la planète trouvée par la mission Romano-Fafard, partie le 28 octobre 2034, la fédération, selon l'article de chartes et de réglement #27 loi 1092 paragraphe 34 alinéa C (ISBN 78798-98778), sera dans l'obligation d'appliquer les mesures suivantes:
Le partage ce fera par l'ordinateur central planétaire de façon égale pour chaque pays. La distribution se fera d'une façon strictement aléatoire.

Strictement aléatoire.

Les petits pays avantagés, les grands défavorisé. Aucune discussion. Un distribution strictement basée sur le hasard.

Personne ne sortira de cette pièce satisfaite.

C'est le cas surtout du colonel Joe Big, délégué des États-Unis. Jusqu'à ce que subtilement, quelqu'un lui glisse une carte de visite dans les mains. Son contenu a de quoi faire dresser ses cheveux endurcis par la guerre. Voyons, c'est pas possible, c'est illégal... Il regarda vivement autour de lui. Il rencontra plusieurs regards. Les autres le fuyait. Tous avait reçu la carte de visite.
Il n'avait plus le choix maintenant... Il devait en informer ses supérieurs. Il retourna dans sa tête le contenu de la carte. Il avait peine à y croire... Il relu la fin du message:

LA SPITFIRE CORPORATION A LA SOLUTION
APPELEZ DÈS MAINTENANT !!!

À suivre...







Épisode III - Preuve de qualité

-Vous venez prendre une bière ici?
-Ouida. On sera là bientôt. Suivez-nous au radar pendant qu'on aborde votre vaisseau.

Le radar... essentiel équipement de tout vaisseau spatial digne de ce nom. Toujours utile en toute situations. Quand il marche...

Lentement, l'astronef scientifique français Brassens II aborda le vaisseau canadien Roserta-Allard. Son capitaine, Alex Couture, était content de pouvoir enfin se détendre un peu avec ses conpatriotes français. Cela faisait 3 mois qu'ils avaient quitté la Terre, lui et les 9 autres vaisseaux scientifiques envoyés pour examiner Tous, la planète de tous les espoirs, la planète parfaite...
Personnelement, il n'y croyait pas. Si dix ans d'expériences de patrouillage dans la voie lactée lui avait appris quelque chose, c'était que les planètes habitables sont rares. Très rares. Et encore, c'est à peine si la vie sur ces planètes est supportable. Il avait encore en mémoire le douloureux souvenir des mois pénibles qu'il avait passés en colonie sur la minuscule planète gelée Hope IV... Atroces...
Mais là, qu'un vaisseau quelquonque, même canadien, explore l'univers en l'espace de seulement quatre ans et trouve une planète parfaite... Ça frise le non-sens.

Il transmit à son opérateur radar l'ordre de surveiller l'abordage. L'opération était délicate, vu l'incompatibilité entre les vaisseaux canadiens et les astronefs français... Mais, comme les transcopieurs européens ne peuvent fonctionner parfaitement avec les téléfaxes québecois, l'un comme l'autre préferaient la solution de l'abordage...

Mais là le Brassens II ne bougeait pas. Le point orange et clignotant du radar était formel.

-On approche, donnez-nous les corrections de poussée...

Le point demeurait en place...

-Putain, vous allez nous les donner, oui?
-Ben quoi, c'est à vous de bouger...

Immobile...

-Bon, si vous tenez tant que ça à ce qu'on plie votre caisse!
-Vous allez-tu bouger!!!?

Sans bouger...
Un frolement métallique se fit entendre, puis le siffement des serrures pneumatiques. Et le commandant Didier Champagne, en rogne, fit son apparition dans la salle de commandement, une caisse de 24 dans les mains:
-Merci de votre aide, les potes! On a du tout faire nous-même!
-M..mm ma.. mais co..comment êtes vous entrés?
-Par la porte...
-Mais votre vaisseau n'a pas bougé!
-QUOI!? Mais regardez par la fenêtre, bon dieu de merde, on est abordé!

Alex n'en croyait pas ces yeux. C'était pourtant la vérité...
-Mais le radar indiquait que vous n'aviez pas bougé d'un cheveux!
-Vous me blaguez j'espère? Il faudrait vraiment que votre radar soit vraiment merdique, pour ça...

Didier se fit interrompre d'un geste. Le regard d'Alex était tourné vers le radar. Un détail insignifiant lui avait soudainement sauté au visage. Deux petites lettres gravés sur le métal, minuscules. Mais d'une signification tout aussi évidente que s'il était marqué en grosses lettres "Ceci est un radar merdique"

S. C.

-Qu'est ce que vous regardez, là, sur le radar?
-Sa preuve de qualité.

Spitfire Corporation

-Merde!
-Mais tout avait l'air de marcher, tantôt!
-Voyons voir ça de plus près... Je veux en avoir le coeur net!

Ils démontèrent le radar avec l'aide de l'opérateur, médusés. Aussitôt le couvercle soulevé, celui-ci remarqua un gadget minuscule coincé dans le filage, qu'il retira aussitôt. Les mêmes lettres était gravés dessus, lourdes de sens.

S. C.

L'image radar changea aussitôt. La vrai position du Brassens II apparut...
Avec une centaine d'autres points...

Des vaisseaux de guerre.



À suivre...


Dernière édition par le Jeu 9 Nov à 8:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
philquiet
Fanfickeur(euse)
Fanfickeur(euse)


Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 24/03/2006

MessageSujet: Re: (FT) La guerre des tatas   Lun 27 Mar à 13:22

ÉPISODE IV-Jusqu'à preuve du contraire

Une pièce sombre mais pourtant bien éclairé... Sombres par la multitude de regard noirs qui fixaient l'individu assis derrière le socle de marbre blanc. Le banc des accusés.
Pour avoir l'immense privilège d'être assis sur ce banc illustre, il fallait avoir commis un crime grave envers l'humanité. Et en général, tous ceux qui comparraissent au grand tribunal planétaire n'étaient pas n'importe qui.
Lui plus que les autres.
Son crime? Avoir détruit inopunément la fragile paix mondiale pour des sombres raisons de profit.
L'argent.
Il ne s'en sortira au mieux qu'avec une peine d'emprisonnement à vie... et au pire avec un emprisonnement à vie dans le pénitencier de la planète Hope IV, tristement célèbre.

Mais l'accusé demeurait calme. Il souriait, même.
Richard Jérémie Otto Spitfire avait encore un tour dans son sac.

Il avait préparé sa riposte durant ces quatres dernières années, avec l'aide de la légion d'élite de la division "avocats" de la Spitfire Corporation, les meilleurs et les plus occupés du monde. Selon la légende, chaque "spit-lawyer" était capable de prouver noir sur blanc que Brutus n'avait pas tué César et que celui-ci était coupable de fraude informatique et d'extorsions de fond, et cela simplement en ouvrant leur attaché-caisse. C'est crédible, vu leur experience très accru dans le domaine de la fraude et de la combine. Jamais la Spitfire Corporation n,avait eu à débourser un sous pour une amende quelquonque... Et pourtant, en 27 ans de règne dans le marché mondial, il a fraudé 1 milliard de lois internationales, a fait travaillé plus de 45 millions d'enfants pauvres pour ses usines et est le principal responsable de la baisse de la qualité des produits industriels. La qualité plus que médiocre de chacun de ses produits et services ferait passer les bébelles en plastiques de chez Dollorama pour des modèles de fiabilité.

Vraiment, Rich Spitfire en avait vu d'autre. Avec son armée d'hommes de lois, ici, il était le maître absolu.
Les avocats ne perdirent pas de temps.

-Il n'y a absolument aucune preuve légale pour que la planète concernée soit la planète Tous, celle trouvée par la mission Romano-Fafard.

-Objection votre honneur! Les enregistrements des messages radio des vaisseau de guerre Chinois et États-Uniens...

-Objection refusée. Il pourrait s'agir de n'importe quoi. Les preuves enregistrés ne sont pas recevables. Continuez, maitre Jacques...

-Merci, votre honneur. Jusqu'à preuve du contraire, la planète concernée n'est pas légalement la propriété de la fédération...



Ce que la population terrienne et ses pays en feront ne concerne plus le conseil des nations.



La guerre y sera légale tant que l'on aura pas trouvé de traces du capitaine Patenaude et de son équipage.

Je n'ai rien à ajouter, votre honneur.


L'incident fut clos.
L'accusé, aussitôt acquitté.

Le président de la fédération se leva, grave. Il regarda son assistant droit dans les yeux et lui dit d'un air décidé:
-Il faut ABSOLUMENT retrouver le Romano-Fafard!!




À suivre...








ÉPISODE V-Briefing

4 heures du matin...
Raoul Rodriguez en avait plus qu'assez d'être reveillé aux petites heures pour partir en mission. Il avait beau faire partie de l'un des escadrons les plus demandés, il n'arrivera jamais à s'habituer...
Mais il n'y a pas d'heures pour déserter.

La désertion...
Un des crimes les plus odieux et les plus honteux que l'on puisse faire dans l'armée. Enfin, c'est ce qu'on nous apprend à l'académie militaire spatiale. Dans les faits, vu que la confiance envers la flotte planétaire est en pleine chute libre, la désertion est presque devenu commun, habituel. Pour les retrouver, ce qui était facile à l'aide de la technologie, on demandait les services de l'escadron Cyan. Rodriguez est l'un de ses meilleurs éléments.

Mais là la situation s'avèrera différente.

En voyant les photos sur le projecteur de la salle de visionnement, la première réaction de Raoul fut de se demander si on était le premier avril.

-C'est eux, les déserteurs !!?

Ce qu'il avait devant était des légendes. Des grands noms. Les représentants des plus grands espoir de l'histoire de l'aérospatiale depuis l'équipage de Tyler Pommerleau...

L'équipage du Romano-Fafard.

En quelques mots, Rodriguez fut mit au courant de la situation. Médusé, il écouta le colonel parler de planètes et de corporations démoniaques. Puis, celui-ci débuta son briefing.

-Voici les informations que nous avons sur le Romano-Fafard. Il est impératif que vous le connaissiez comme le fond de votre poche, commandant Rodriguez. Impératif.

C'est un vaisseau intergalactique standard de type "Cambell" avec l'armement réglementaire. Sa vitesse de croisière est de oméga 4.3, soit un 2,2 années-lumière/heure.

-Si je peux me permettre, les vaisseaux de type "Cambell" sont controlés par des intelligences artificielles G.E.R.V.A.I.S... Dans ce cas, il sera facile de le retracer... et je ne vois pas...

-Si l'on a fait appel à vous, commandant, c'est parce que justement, ça ne sera pas si facile...
En fait, nos radars de sécurités on eu beaucoup de difficultés à extraire des informations de l'ordinateur central du Romano-Fafard. En fait, il semblerais qu'il n'ait plus AUCUNE trace de GERVAIS dans tout le disque-dur.
Voici ce qu'on a récolté sur l'état actuel de l'équipage.

Un a un, le colonnel fit défiler les photos des membres de l'équipage, en faisant des commentaires:

-Le capitaine Charles Patenaude, officier galactique #487889, coté triple A... un excellent élément. Il a tendance à passer les valeurs humaines avant les valeurs militaires, faites attention..
-Officier en second et scientifique Brad Sptifire, un sujet dangereux et imprévisible. Diplomé de l'université de Brodapique où il a été réprimandé 1439 fois pour vol de matériel et pour chiensalisme. Dossier psychologique compliqué, vous y jetterez un oeil. Il semblerait aussi avoir été dégradé...C'est aussi le genre à se laisser faire par lâcheté...
-Psychologue Valence Leclerc, diplomée à Harvard. Avec une féminité un peu spéciale... Vous aurez, bientôt l'occasion de vous en rendre compte...
-Gaétan-Robert Dieudonné-Marcelin, dit "Bob", pilote. Une légende. Son talent de pilotage n'a d'égal que son incroyable bêtise et son appétit insaciable. Facilement corruptible.
-Opérateur radar Flavien Bouchard. Un sujet très dangereux. Sens hyper-dévelloppés, force excessive, intègre et loyal... Il suivra son capitaine jusqu'à la mort. À neutraliser dès le contact.
-L'ordinateur central laisse croire à la disparition du soldat Falbo Gota, fiché comme l'un des combattants les plus belliqueux de la planète... Croyez-moi, son absence vous sera salutaire.
-C'est le cas aussi de la criminelle fichée au nom de "Mirabella". On ne sait pas grand chose sur elle... Sa disparition apparente des fichiers du Romano-Fafard est mystérieuse, comme celle de Gota. Faites quand même attention...
-Il semble aussi avoir un sixième membre d'équipage... Elle est de sexe féminin et répond au nom de "Pétrolia". Sa présence à bord est encore mystérieuse... Une reconnaissance faciale a pourtant détecté des traits commun avec le cosmonaute russe Sergei Stanisvlaski, disparu il y a longtemps avec la station spatiale Youri II.

Vous devez absolument retrouver le Romano-Fafard, comandant Rodriguez! Le sort de l'humanité en dépend!


À suivre...








ÉPISODE VI-Faiblesse

-...profit d'au moins un trillard USD cette année.

C'est comme un roman policier, c'est en commençant par la fin qu'on se débarasse de tout le reste.
La revue anuelle de la Corporation Spitfire Aérospatiale et autres patentes.

Les présidents des différentes divisions de la compagnie se levèrent de la table en marbre noir sertie d'or, satisfaits. Ils avaient de quoi.
Le plan avait marché.

Maintenenant, la division "Armements et sling-shots" était surchargé de promesses d'achats payables d'avance pour du matériel militaire, et ce, des quatres coins de la planète. Aussi, ils avaient déja commencés à vendre des promesses de "dégradation spontanée du matériel ennemi" au plus offrant. Les devises américaines remplissaient les coffres et les salaires n'allait pas tarder à augmenter, ce qui n'a pas été fait depuis 14 générations.

Tout le monde était satisfait. Tous sauf un.

Bernard Kox, le no. 2 de la Spitfire Corp., demanda au président directeur général Richard Spitfire:

-C'est tout?

Simple question en apparence. Mais pour Bernard, quelque chose manquait à la revue. Tout le plan a été révélé en détail.
Tout. Sauf le dispositif Z.

Alors que Rich Spitfire se prépara pour répondre, un chose extraordinaire se passa.
Un émotion fugace traversa son regard.

Elle n'avait pas échappé à Bernard. Il en fut surpris. Mais le masque de froideur et de rigidité était à nouveau vissé sur le visage du président de la corporation.

-C'est tout.

Et Rich quitta la pièce, laissant son auxilière au bord de la perplexité. Et il entra dans un autre.
Par une porte dérobée activé par un scan rétinien et le basculement d'un chandelier...

Sa salle secrète.

-Il ne peut pas comprendre, se dit Rich en son fort intérieur.
Il arriva dans une salle capitonnée dont les murs était tapissé de photos. Au centre se tenait fière et droite un maquette d'immeuble. Une industrie gigantesque.
Le projet de Rich Spitfire.

"Centre minier lunaire
Spitfire et fils".

Rich regarda derrière lui. C'était stupide... personne ne pouvait entrer ici...
Il laissa tomber subitement son masque. Son visage se décontracta.

Rich Spitfire pleura, accompagné de 53 photos de son fils unique.
Brad.

Il s'en ennuyait tellement... Il ne s'en était aperçu qu'après son départ, mais il l'aimait. Son fils... Qu'il ne reverra peut-être plus jamais...

-Aah là je comprend tout maintenant...

Rich se retourna vivement. Dans l'ombre se tenait Bernard Kox, arme au poing.

-Je comprend pourquoi...... On s'ennui de Ti-Brad, n'est-ce pas? Papa Spitfire veut pas faire de mal à son fiston chéri... On veut pas gagner plus de cash et activer le dispositif Z...

L'expression du visage de Rich tomba. Comment le sait-il?

-Pa..pa..par où êtes-vous entré..?
-Je entre où je veux, ce n'est plus vos affaires. Vous n'auriez pas dù montrer votre faiblesse, Rich. Vous me décevez. Je prend les chose en main maintenant...
-Ça vous ne servirait à rien de me tuer, Bernard, vous le savez. Lachez cette arme...
-Qui parle de tuer?

Un rictus mauvais s'empara du visage du traître... Il sortit de l'ombre, laissant voir l'arme stylisé qu'il tenait entre les doigts....
-Le dernier cri de la division "Armements". Un vrai bijou. Tout frais sorti de l'usine, il n'est pas encore "brisé"...
Il partit dans un rire machiavélique. Il pointa son fusil débilisant sur Rich, glacé d'horreur.
-Dans une minute, tout ce que vous saurez faire, c'est baver et chier dans vos culottes. Il est temps pour vous de devenir sénile, Rich. Aurevoir et bonne retraite....
-NNNOOOOOON !!!! NE FAITES PAS ÇA!!!

Bernard Kox appuya sur la détente...

À suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
philquiet
Fanfickeur(euse)
Fanfickeur(euse)


Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 24/03/2006

MessageSujet: Re: (FT) La guerre des tatas   Mar 28 Mar à 12:18

ÉPISODE VII-Dans le tas

Ça faisait 7 ans déjà que le capitaine Alex Couture du Roserta-Allard avait arrêté de fumer.
Même après 7 ans il arrivait d'en avoir envie quand il était contrarié...

Mais là la contrariété était colossale.

Tout l'escadron scientifique avait été mis en garde à vue par des vaisseaux de guerre américains. Avec l'interdiction d'approcher la planète ou de la Terre. Ils étaient contraints par la force de ne pas bouger.

C'est le genre de situation à faire péter les nerds de n'importequel capitaine de vaisseau scientifique.

Alex tournait en rond dans la salle de commandement. Le commandant Didier était assit dans un coin, occupé à la dégustation intenpestive de la bière qu'il avait apporté. Tout l'équipage des deux vaisseaux était morose. Leur gouvernements respectifs avait bien entendu veillé à ce qu'ils soient au courant de la situation actuelle, nullement réjouissante...

C'était la guerre, et aucun des moyens mis en place par la fédération pour contrer ce genre de situation ne serais efficace. Le seul espoir était le retour du Romano-Fafard...

-Y sont où, merde? Qu'est-ce qu'y foutent?

Didier avait proféré cette interogation, au bord de l'ivresse...

-Y sont où?
-Je sais pas, Didier, je sais pas... C'est grand l'espace... Y peuvent être n'importe où...
-Mais on va les retrouver, hein? Dit, on va les retrouver?
-Oui, c'est certain... mais je sais pas s'ils vont revenir...

Alex prit une respiration et regarda son ami, qui le regardait avec supplication. Ça valait-il la peine de détruire ses faux espoirs tout de suite?

Il opta pour la franchise...

-Non, y reviendrons pas. Je connais le commandant qu'ils ont mis à leur recherche, Rodriguez... Y'a pas plus violent dans toute la galaxie. Le Romano-Fafard et son équipage ont été fichés comme "déserteurs". Ils n'ont aucune chance. Si Rodriguez les retrouve, ce qui sera surement très rapide, il va surement engager le combat.

Alex prit une autre respiration

-Vois-tu, Didier, Rodriguez est du genre à prendre ses proies mortes plutôt que vives...

Le visage du commandant français tomba.
Tout était perdu...

Mais soudainement, son visage changea radicalement. Il fracassa a bière sur le plancher et dit d'un ton décidé:

-On.. on v..va pas se laisser faire!

Alex le regarda avec étonnement:

-Et qu'est-ce qu'on peut faire, tu pense?

Le commandant Champagne regarda son ami dans le blanc des yeux. Son visage ferme et décidé était maintenant exempt de toute trace d'ivresse.

-On va les retrouver. Tout de suite.
-Mais comment veut-tu faire ça? On est juste deux, puis y'a les américains...
-J'ai mon plan.

+--------+

Le vaisseau américain God XXVIII-A1432 faisait sa patrouille, comme à l'accoutumée, autour du groupe de vaisseaux scientifiques, lorsque deux d'entre eux quittèrent leurs positions et foncèrent droit sur lui.

-God XXVIII-A1432 to the two one there, what are you doing?
-Tu le vois pas, Rambo? Mais on te fonce dessus!!!
-Keep your positions or I open the fire!!!
-Cause toujours, sale pisse-vinaigre!
-HOLY SHIT!!

Le God XXVIII-A1432 n'avait pas eu le temps de tirer avant de se déplacer pour éviter la collision.

-Maintenant Alex!!! GOOO!!!!
-Rita, vitesse OMÉGA 7 !!!

Le pauvre vaisseau américain n'eut pas l'occasion de faire quoi que ce soit. Le vaisseau canadien et l'astronef français disparurent dans une déflagration lumineuse, en franchissant le mur de la lumière en même temps. L'onde de choc fut terrible. Le petit vaisseau U.S. made fut pulvérisé sur le champ.

-YahOOOO!
-Trop FORT!!

Alex et Didier souriaient de toute leurs dents, assis dans leurs salle de commandement respective. Enfin de l'action! Le capitaine cannadien était au meilleur de sa bonne humeur. Il lui semblait que plus rien au monde ne pouvait les arrêter, Didier et lui.

L'astronef Brassens II et le vaisseau Roserta-Allard filèrent à pleine vitesse dans le cosmos.

-Romano-Fafard, nous voici!!


À suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
philquiet
Fanfickeur(euse)
Fanfickeur(euse)


Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 24/03/2006

MessageSujet: Re: (FT) La guerre des tatas   Mar 28 Mar à 19:52

ÉPISODE IIX-Y m'aime pas

-Le... lele...le...di..spositif Z...

On avait jamais vu Brad Spitfire aussi pâle que lorsque qu'il fixa cette étrange diode lumineuse verte qui venait de s'allumer sur le mur sans trop que l'on sache pourquoi...

-Le..dispositif..Z...

Tout le monde était réuni autour de Brad, stupéfaits. Toutes les tentatives pour le ramener à la raison se sont avérés vaines... Brad restait là, livide, sur le choc, en répètant comme fou:

-Le dispositif Z... il a fait ça...

Le capitaine Charles Patenaude commançait à s'impatienter:
-Brad!! Ça fait une demi-heure que vous êtes là à comtempler cette lumière... Brad! Vous m'écoutez? Brad!!! Je vous ordonne de répondre!!!

La phrase resonna dans la tête de Brad, comme dans un tourbillon...

...ordonne de répondre...
...Brad...
...je vous ordonne...
...ORDONNE....

un tourbillons de souvenirs...
-Brad! Je vous ordonne d'aller étudier en science! Il n'y a pas de discussion qui tienne!

Le jeune Brad Spitfire regardais son père avec une expression d'horreur.

-Veux peux allez en science....
-J'AI DIT PAS DE DISCUSSION! Les arts c'est trop fif. Combien de fois faudra-t-il que je vous le dise, Brad...

Brad ferma les yeux. Ce que son père se preparait à lui dire, il l'avait entendu des millions de fois... À chaque fois, il ne pouvait lutter contre la honte et la culpabilité qui le submergait.

-... il faut que tu fasse honneur à la famille, Brad. À NOTRE famille. Vous êtes un Spitfire, Brad, un SPITFIRE!!! Pas je ne le sais lequel danceur à froufrou...

À ces mots, Richard Spitfire affichais un rictus de dégoût, de mépris. Le rouge du visage de son enfant monta d'un ton.

-Vous allez la chance d'étudier à la prestigieuse université de Brodapique, Brad!! La chance de faire quelque chose de vous...

Rich Spitfire se pencha vers son fils et lui siffla, d'un ton doucereux:

-N'espérez pas mon estime avant d'avoir fait honneur à la famille, Brad. Si vous échouez, je m'occuperez personnelement à ce que vous soyez rayé de l'arbre généalogique...
Brad, l'estime, ça se mérite.

Brad....
estime...
Brad...

À des milliards d'années-lumières de là, Brad Spitfire éclata en sanglots.
-Y M'AIME PÔOOOOOOOOO !!!!!!!!!

-Brad, chut, du calme, on est là, tout va bien se passer...

Valence Leclerc le tint dans ses bras, compatissante devant le malheur de son patient.

-Allez-y, Brad. Ça fait du bien de pleurer...

Le scientifique refoula un sanglot et dit:

-Ça sert pu rien de vivre! J'suis pas quelqu'un! Y m'aime poooo...
-Voyons, voyons, Brad, qui vous aime pas?

Un autre sanglot fut refoulé. Tout le monde se pencha pour l'entendre. Brad parcoura leur regard. Ils n'étaient plus surpris, durs ou fâché, comme à l'habitude... Tout le monde avait l'air bouleversés, ne sachant plus quoi faire... Des regards qui ne le traitait déjà plus avec mépris...
Ses amis.
Ses seuls amis...
Valence, Charles, Flavien, Bob, Pétrolia, Serge....
Il leur avait fait beaucoup de tort. Beaucoup...
Il leur avait dit qu'il ne les aimaient pas.
Ses amis
Comme il voudrait tant se faire padonner maintenant! Comme il aimerais avoir le temps!
Mais il n'avait plus le temps. Le châtiment était jeté. La sentence a été jeté...

-Brad, qui?

Il devait être courageux, franc... Il doit tout leur dire...

-m..m..mon..père....
-Votre père? Voyons Brad... C'est pas vrai, y t'aime ton père...
-NON! Vous comprenez pas!

La brusquesse de la réplique fit sursauter tout le monde. Brad se leva, péniblement.

-Il m'a condamné à mort. Il nous a tous condamné...

Charles senti dans son fort intérieur une vague d'inquiétude intense se déferler en lui à grande vitesse.
Il nous a tous condamné.
À peu près 40% des pièces du vaisseau était fabriqué par la Spitfire Corporation...
Tous condamnés
Serait-t-il possible que?...

-Brad! C'est quoi, le dispositif Z?

Brad regarda son capitaine droit dans les yeux, conscient du poid de la révélation qu'il allait faire...

-C'est la commande à distance de l'autodestruction irréversible du Romano-Fafard.



À suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
philquiet
Fanfickeur(euse)
Fanfickeur(euse)


Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 24/03/2006

MessageSujet: Re: (FT) La guerre des tatas   Jeu 9 Nov à 8:38

CHAPITRE IX- Doom

Le noir.
L'absence complet de lumière.
Absence de paroles, de rire, de joie...
Mais en même temps une présence. Inquiétante.
Lourde.

La lourdeur de sens dans sa plus simple, puissante et épeurante expression.
Même avec les lampes de sécurité...

Tout le monde était dans la salle des machines, plongé dans la pénombre. On avait coupé tous les génératrices du vaisseau...
Et on ne pourra plus les réactiver...

Car dehors dans l'espace rampait encore sournoisement les ondes qui tiennent activé le dispositif Z...

Car en plus d'être un système absolument stéréotypé d'autodestruction de vaisseau, il a un compte à rebours... Un compte à rebours invisible, imprévisible...et incalculable...
Car l'autodestruction de vaissssseau est un processus lent et sournois qui infecte chaque mécanisme, chaque fusible, chaque fil du gigantesque amas de fer blanc et de silicone qu'était le vaisseau spatial. Et au moment crucial, tout se désintègre, sans bruit, sans dégats...
Et les occupants connaissent alors les affres de la décompression explosive...

Mais le système avait besoin d'énergie, comme de toute choses. On avait donc un répit.

Un répit minuscule.

Toutes les génératrices on été coupé... toutes...
Même celle qui alimentent le filtrage de l'air et du dioxyde de carbone...

La mort par axphyxie ou la mort par la déconpression explosive...

Ils avaient seulement que quelques heures devant eux...


Petrolia brancha la baterie de Serge branché sur deux fils dénudé et entreprit d'activer le dispositif qu'elle a monté à la hâte.
Sans faire attention aux yeux sceptiques et mouillés de désespoir du scientifique, elle appuya sur le bouton...

On entendit le bourdonnement sourd du compresseur se réactiver pour remplir lentement le réservoir d'air comprimé du canon à sonde...
Cela fait, elle appuya sur une autre commande.

Tout les regards se rencontrèrent en même temps, C'était leur dernière chance.

Le dispositif de Pétrolia, monté à partir d'une sonde, d'un terminal de téléfax, de plaques de tôles ondulés et de tape à tapis fila dans l'espace, propulsé par le canon.

Le dispositif devait essayer de trouver une planète pour évacuer l'équipage... puis le télafaxer...

C'était maintenant à Flavien d'agir. Il répéta un processus qu'il avait appris lors de la mission. Il ferma ses yeux et se laissa guider par son oreille droite d'extraterrestre...
Les formes était toujours flous et intangibles au début, dans la tête de Flavien. Il se détendit et se rappela une à une les notions de navigations qu'il avait apprise.
Une fois son radar mental bien formé, il pouvait se laiiser à sa clairevoyance.
Ce qu'il vit lui fit perdre tout ses moyens...

Un vaisseau terrien... de l'escadron Cyan...

Il venait de détruire leur dernière chance... un laser frappa la sonde-téléfax...
Le vaisseau s'ammara au leur...

Flavien rouvra les yeux appeurés, devant tous les regards interrogateurs...
Il regarda à travers la machinerie sombre, la porte entrouverte et par delà le couloir plongé dans la noirceur opaque...

Sa peur s'intensifia et la sueur ruissela à travers son visage tordu par la nervosité...
Son pouls s'intensifia... Et il entendit...

Le sifflement des barrures magnétiques... le son de la porte coulissante du sas qui s'ouvrait...
Un bruit de pas, métallique...

Tout au fond du complexe de couloirs du vaisseau se tenait la salle des machines, avec tout un équipage appeuré dedans...

Ils étaient désarmés.


À suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
philquiet
Fanfickeur(euse)
Fanfickeur(euse)


Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 24/03/2006

MessageSujet: Re: (FT) La guerre des tatas   Jeu 9 Nov à 8:39

CHAPITRE X - Eucatastrophe

Noirceur extrême.
Brouillard intense d'anti-lumière flottant dans le vide transperçant le regard jusqu'à transformer l'inactivité des yeux par l'activité intense du stress et de la transpiration.
La peur.

clang - clang - clang

Bruit de pas incessament lent et régulier. Sans musique, sans autre dramatisation que le filtre translucide de notre imagination.

clang - clang - clang

7 corps, 7 âmes blottis dans un coin sombre entre les deux réacteurs, sans oser respirer ni bouger...

clang - clang - clang

Flavien n'arrivait plus à controller son oreille tant qu'il avait peur. Il savait comme les autres que si un navire de l'escadron Cyan se mêlait d'aborder le vaisseau, Ils avaient 100% de chances d'y voir sortir furtivement un homme avec un laser, prêt à tirer sur tout ce qui bouge.
Il n'arrivait pas à y croire...
Ils étaient pourchassés en tant que déserteurs...
Les terriens tenaient-ils tellement à leur sort?
Si oui, ils avaient fait un choix stupide, car il y avait maintenant une grande chance de ne pas rester en état de revenir... ou de respirer...

clang - clang - clang

-Flavien, mais qu'est-ce qui se pas....
-ccchhhhht!!!!!

Cette question avait fait bondir le malheureux opérateur radar, qui se rendit compte qu'il n'avait encore rien dit au reste de l'équipage...

clang - clan*

Le pas s'est tut.

Il les avait entendu...

Raoul Rodriguez sourit. Ils étaient dans la salle des machines....
Il désactiva son oreille électronique et activa son masqueur de bruit.
Lentement, le petit haut-parleur s'ajusta avec un micro et commenca à transmettre les sons ambiants en négatif...

Les grincements inquiétant des couloirs laissa place à un silence de mort...

Flavien le sentait.
Il devait passer par dessus sa peur et faire quelque chose.
Il le fallait. Ils n'allaient tout de même pas rester en boule en gémissant...
Comme Brad...

Cette pensée lui donna la minuscule goutte de courage qu'il lui fallait. Son oreille ne marchait plus, mais il sentait sans s'en rendre compte l'ennemi qui approchait...

On n'entendait plus les bruits de pas, mais l'esprit de Flavien commença à interpréter l'accroissement du silence qui s'intensifiait...

Il chercha une arme. Il prit une bombonne d'azote liquide qui trainait par terre... Il s'installa à côté de la porte, prêt à frapper...

Rodriguez rit intérieurement...

Ses lunettes détectait à travers le mur chacun des mouvements des sept sources de chaleur qui attendaient, appeurés...
Il n'ouvrira pas la porte...

Tirer d'abord, questionner ensuite.

Il ajusta la puissance de son fusil et visa la forme rouge et brillante qui avait la silhouette de Flavien.

Aussitôt la bombonne bien en main, celui-ci eu un soudain coup de confiance. Tout se déroula très vite... Sa clairevoyance s'activa pendant une miliseconde, juste assez pour distinguer vaguement un bout de fusil qui le visait...
À travers le mur...

Son coeur fit un bond...
Mais il était trop tard... Il revoya au ralenti le trait lumineux transperser le mur, projetant dans toutes les directions de minuscules paticules chaudes et une multitude de petites ombres, formés par la lumière blafarde du laser et des imperfections des murs, qu'il percevait très clairement, boosté par l'adrénaline qui avait submergé tout son système nerveux...

Un motif radial d'ombre, de particules et de lumière transperça sa poitrine...

Un douleur atroce s'en suivi, puis le coma...

Puis un basculement intense vers le néant... Il sentit son corps tomber, son équilibre chuter, la pesenteur augmenté...

Et il entrevit une lumière intense, pure, et fragmentée en minuscules facettes de couleurs...
Une barre lumineuse, horizontale, qui descendait...

Il retrouva lentement ses sens et entendit:

-Il survivra. Le coeur n'a pas été touché.

Il ouvrit les yeux, pour les fermer instantanément, avenglé par la lumière...
La lumière d'un scanneur médical...

Il se leva, péniblement, et balaya son regard embrumé par la fatigue et halluciné par des taches de lumières...

Petrolia, souriante...le capitaine, souriant... encore Petrolia, dans ses bras, cette fois ci... Bob, criant après tous les saints de la terre ... Valence, radieuse... Brad, serein et souriant aussi...
Et un ange, à peine perceptible parmi l'amas énorme d'informations qui entra dans la tête de Flavien, qui se demanda si il était au paradis...loin de la souffrance, du mal, du desespoir...

Il ressentit une violente douleur à l'abdomen... il cria...
L'ange dit:
-Recouchez-vous, ou vous allez rouvrir votre bobo!

Flavien obéissa docilement et se sentit revenir à la réalité...
Un autre homme entra par la porte coulissante.
-Il est guéri! Merde! Ce qu'il a pu nous faire peur, c'lui-là!

Flavien se rendormit, gagné par l'épuisement...

Petrolia, Valence, Charles, Brad, Bob, Serge, Didier et Alex veillèrent sur lui....


À suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
philquiet
Fanfickeur(euse)
Fanfickeur(euse)


Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 24/03/2006

MessageSujet: Re: (FT) La guerre des tatas   Jeu 9 Nov à 8:40

ÉPILOGUE

-... dispositif Z qui était destiné au besoin pour écarter tout risque de retour du...
-Bon, ça ira, Hunter, je sais ça...

Hunter Adams, le nouveau no.2 de la Corporation Spitfire, s'inclina lentement avant de disparaître.

Brad Spitfire, assit sur le fauteuil de son père, resta songeur.
Il était triste, au fond de lui, malgré que tout soit arrangé...

Ce que Hunter lui avait brièvement résumé, il le connaissait déjà très bien. En embarquant sur le Romano-Fafard, il savait déjà sur le plan diabolique de son père et sur le dispositif Z, sensé écarter tout danger de perdre la vache à lait que représentait l'absence du vaisseau. Ça allait encore plus loin, jusqu'aux hautes sphères de la fédération. Même le choix du capitaine pour la mission a été prémédité, vu son profil psychologique. Celui-ci ne s'en ai jamais douté, et jamais Brad ne lui dira, de peur de briser la pointe d'orgeuil qui lui restait encore. Toute cette histoire qui a gâché son rêve de trouver une planète, toute cette magouille politique... il ne survivrait pas.

Brad vivra avec ce secret. Il est habitué.
Officielement, le dispositif Z était un mécanisme anti-déserteur qu'on avait déclenché par erreur...

Évidemment, personne n'était dupe...

Oui, Brad le savait, et il s'était embarqué quand même, dans un fol espoir de retrouver l'estime de son père. Il espérait que la mission ne dure pas assez longtemps pour que le plan fonctionne...
Pas assez longtemps pour permettre au capitaine de s'accrocher à son rêve, et bercer ses illusions...

Quand le Romano avait quitté l'univers connu par les Terriens, Brad avait prit peur et avait voulu s'enfuir. On avait conclu qu'il était lâche...
Ce qui était vrai d'ailleurs, comme tout le reste...

Maintenant, son père ne le reconnait plus. Il a été interné dans une asile spécialisé ou il réapprend à marcher.

C'est tellement injuste. Juste au moment où il commencait enfin à l'aimer...

Brad regarda par la fenêtre, ou le beau soleil rouge du matin se levait au dessus de la prairie, vetre et abondante.

Il était sur Tous. La planète des Tousseux, nouvelle race enfin guidé par la raison.
La Terre n'était plus.

La planète trouvé par le capitaine Patenaude et son valeureux équipage...
Brad essuya une larme. Ils allaient lui manquer...

Ils était repartis, libres cette fois-ci, à l'exploration des planètes, sur leur vieux vaisseau, accompagné de Didier Champagne et d'Alex Couture, décorés et récompensés par leur bravoure.
Ils étaient repartis sur le Romano-Fafard, entièrement remis à neuf, libre de toute la cochonnerie Spitfire made qu'il avait avant. Gervais a été réactivé, et tout était redevenu comme au bon vieux temps...
Sauf pour Brad, retenu par des obligations testamentaires au siège de la Corporation...

La porte sonna. Falbo et Mirabella entrèrent, le sourire aux lèvres. Au moins, il y avait toujours eux. On avait bien sûr veillé à leur rapatriement, et ils furent mis au courant des évènements. Les trois anciens de la mission partirent de la pièces et jasèrent des premières années du Romano-Fafard et plaisantèrent avec des anecdotes sur Brad. Celui-ci riait de bon coeur.

Ils entrèrent dans une pièce secrète, activé par un scan rétinien et le basculement d'un chandelier...
À la place des photos, il y avait des chaînes et des instruments de torture.
Un sourire vengeur s'empara des lèvres du trio infernal.

Ils avancèrent vers Raoul Rodriguez et Bernard Kox, attachés dans un coin.

FIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: (FT) La guerre des tatas   

Revenir en haut Aller en bas
 
(FT) La guerre des tatas
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les films sur la guerre du Vietnam
» Notre Mère la guerre de Kris et Maël
» Collaboration 2e guerre mondiale
» 717 photos des voitures d'avant-guerre sur le net
» Forum RPG La Guerre Des Clans

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dug-fanfics :: La planète Fanfic :: La bibliothèque de Serge-
Sauter vers: