Dug-fanfics

Fanfictions
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 [FT] C'est de famille ! (PG)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
ninibernier
Fanfickeur(euse)
Fanfickeur(euse)
avatar

Nombre de messages : 102
Age : 30
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 21/02/2005

MessageSujet: Chapitre 22   Dim 24 Juil à 17:04

Commentaires : Y commence à avoir beaucoup de monde dans le portrait… Mais coudonc, comme le dit le tit bout de papier dans le biscuit chinois, « plus on est de fous, moins il y a de riz » ! jocolor Razz
Résumé à date : La mission est terminée, Mirabella et Falbo sont sauvés, la père adoptif de Flavien va bien, le vaisseau est comme neuf et on arrive sur Amateria. Mais il semble rester certains détails…


Chapitre 22 : Bière qui saoule amasse les foules !!!

Trois jours plus tard, sur Amateria

Les parents de Mirabella et Falbo avaient été très soulagés de retrouver leurs enfants sains et saufs après le récit que leur avait fait l’amiral Tremblay à leur arrivée. Bref, tous furent très bien accueillis à leur retour. Une cérémonie avait eu lieu où chaque membre d’équipage, y comprit Mirabella et Falbo, avaient reçu une médaille et de longs remerciements pour leurs services. Ils avaient également reçu officiellement leur invitation à profiter d’un long congé bien mérité.

L’équipage était alors retourné au bord du lac où ils avaient passé leurs deux mois d’attente précédemment. Pendant leur absence on avait déjà commencé à construire un peu partout sur Amateria, de telle sorte qu’il y avait maintenant un petit chalet en bois rond à mi-chemin entre l’orée de la forêt et de la berge et un petit quai avait aussi été aménagé non loin de là.

La journée était particulièrement belle; juste un peu fraîche et avec une toute petite brise qui soufflait. Les parents et l’équipage étaient donc dehors sur les berges du lac alors que le soleil se couchait et se reflétait sur la surface de l’eau. Seul le capitaine manquait à l’appel, celui-ci étant partit depuis deux jours au haut commandement de la Fédération où il se devait de remettre son rapport de mission et avait encore certaines choses à finaliser avec l’amiral Tremblay.

Dans cette atmosphère ressemblant à celle d’une bonne vieille St-Jean Baptiste d’antan, Flavien, Bob et Brad préparaient un feu de camp alors que Serge était allé chercher des guimauves dans le chalet…

Brad, avec mépris : Vous êtes ridicule Bob !

Bob avec cheveux, un peu vexé : Avec cheveux !

Flavien, plaçant des bûches : Mais euh Bob avec cheveux… Pourquoi tu t’es remis ce truc là sur la tête ?

Brad, en faisant une face de dégoût : Ça à l’air d’un chat mort !

Bob avec cheveux, ce passant la main dans les cheveux : A va craquer elle, je le sens.

Flavien, hésitant : Ben tsé Bob avec cheveux… Je suis pas sûr que Mirabella trouve ça vraiment… ben je sais pas… peut-être si tu t’en coupait un peu…

Brad : Ben là c’est sûre que si y la rase, qui perd 100 livres, qui change de face, qui change de nom pi qui change de cerveau, y a des bonnes chances !

Flavien se retourne vers Brad et lui lance un regard assassin. Brad hausse les épaules et continue de faire semblant qu’il ramasse du bois en pognant une brindille de temps à autre et en la pitchant sur la pile.

Bob avec cheveux, regardant vers le haut comme pour voir ses cheveux : Ben quoi ? Sont tu mal peignés ?

Flavien, déposant une bûche et regardant les cheveux de Bob : Ben… C’est que c’est plutôt…

Brad : Horrible ! Répugnant ! À en vomir ! Atroce ! Affr… (Flavien donne un gros coup de coude à Brad qui se plie en deux de douleur) OUHHHHHHH !

Bob avec cheveux a les yeux plein d’eau.

Flavien, à Bob avec cheveux : No non !!! C’est beau… ça te fait bien Bob avec cheveux! Mais je sais pas, tu pourrais te la peigner sur le côté…

***

Pendant cette ravissante conversation, Falbo s’était chargé d’offrir à boire à tout le monde. Pétrolia, Valence, Mirabella et tout les parents s’étaient donc installé à table et discutaient tranquillement en buvant leurs verres de lait au chocolat. Autour de la table débutèrent alors plusieurs discussions dont Mirabella qui prenait un malin plaisir à taquiner Valence…

Mirabella : Non mais j’y pense là… (Elle donne un tit coup de coude moqueur à Valence) Ça veut dire que la fois où vous faisiez supposément le bouche-à-bouche… *

Valence ne répondait pas et Mirabella continuait à la fixer avec des tits yeux l’air de dire « tu peux rien me cacher, dis-le ! ».

Valence, un peu tannée mais en riant : Ah… ok… C’était notre premier baiser !

Mirabella, toute souriante et fière d’avoir réussi à faire parler Valence : AHHH ! Je le savais ! (Pensive) C’était bizarre aussi comme technique… Le bouche-à-bouche avec la langue !

Valence, en souriant énormément : Ouais, mais c’est ben meilleur de même par exemple!

Mirabella part à rire, tout comme la mère du capitaine qui avait écouté toute la conversation tellement subtilement… Tout d’un coup on entendit une petite voix crier et tout le monde se retourna.

Petite fille, suppliante : Hey, redonne le moi !

Jeune garçon : Vient le chercher !

C’est qu’il y avait quelques nouveaux venus qui étaient sortit du chalet… Une jeune femme blonde, la sœur du capitaine, était venue s’asseoir à table et derrière elle courraient une petite fille et deux jeunes garçons.

Père du capitaine, en souriant : Ah ! Les enfants, arrêtez de courir vous allez vous faire mal.

Petite fille, pourchassée par les deux garçons et continuant de courir : Oui oui grand-papa!

Père du capitaine, en riant : Isabelle**, qu’est-ce que tu peu bien leur donner pour qu’ils soient aussi excités ?

Isabelle, haussant les épaules : C’est peut-être le lait au chocolat…

Tous regardèrent Falbo avec un air moqueur alors que celui-ci qui paraissait maintenant un peu gêné.

Mère du capitaine : Hey ! C’est qui là-bas ?

Mirabella et Valence se retournèrent et aperçurent une vieille femme au cheveux gris*** qui venait vers eux. Valence regarda la femme un instant… Elle avait une étrange ressemblance avec… Le visage de Valence s’illumina.

Valence : Ah, je crois que j’ai ma petite idée là-dessus…

Mirabella et la mère du capitaine regardèrent Valence sans comprendre alors que Valence fit un signe à Pétroila qui était assise à l’autre bout de la table.

Valence, parlant assez fort pour que Pétrolia l’entende : Pétrolia ! Y a quelqu’un pour toi je crois ! Ton invité est arrivé…

Pétrolia regarda en direction de la vieille femme, fit de grands yeux de surprise puis partit à courir vers la femme pour s’arrêter tout juste devant elle.

Pétrolia, hésitante : Grand-maman ?

Vieille femme, souriante : Ma petite Pétrolia !

Pétrolia sauta de joie et prit rapidement la petite femme dans ses bras. Celle-ci faillie en perdre son dentier. Pétrolia amena sa grand-mère s’asseoir à table et se mit à lui parler à toute vitesse tellement elle était contente et excitée de la voir pour la première fois. Le pire c’est que le vieille femme lui répondait presque aussi vite et sans aucune hésitation dans la voix, bien qu’on y entendait un accent russe assez prononcé…

Mère du capitaine : Ben tiens, c’est le temps des arrivées ! En vla un autre qui arrive !

Mirabella et Valence se tournèrent à nouveau pour regarder l’arrivant.

Valence, souriante : Celui-là c’est pour moi !

La mère du capitaine et Mirabella rirent un peu alors que Valence se jetait au cou de Charles.

Charles, en riant : Wo ! Ça c’est un accueil ! Je suis partit seulement deux jours me semble…

Valence : Une éternité ! (Elle l’embrasse)

À peine Valence le lâche-t-il qu’une petite fille lui saute dessus.

Nièce du capitaine : Mononcle !

Charles, en riant : Ben voyons ! (Charles prend sa nièce dans ses bras et elle lui donne un bec) Je suis donc ben populaire…

Isabelle, en riant : Ah mon frère a toujours eu le tour avec les femmes ! (Elle donne un bec à Charles)

Mère du capitaine, à Charles : Mais après 5 ans de services, est-ce qu’ils avaient vraiment besoin de te garder deux jours de plus ?

Charles, déposant sa nièce : Ouais ben j’aurais volontiers fait plus vite mais j’avais un petit quelque chose d’autre à régler…

Valence, regardant par-dessus l’épaule de Charles : Est-ce que ça avait rapport avec eux?

Charles fait un signe d’approbation alors qu’on voit quatre polices montées canadiennes**** qui arrivent derrière lui. Les quatre hommes s’arrêtent devant la table et prennent un air très sérieux et très grave. En voyant les inconnus tout le monde se tourne vers eux et Flavien, Bob, Brad et Serge rejoignent tout les autres à la table avec beaucoup de curiosité.

Policier 1, très autoritaire : Nous recherchons Mirabella Romario !

Tout le monde se tourne vers Mirabella qui est encore assise à table et qui sursaute à l’appel de son nom. Mirabella se lève et semble maintenant inquiète.

Mirabella, très hésitante : Euh… C’est moi…

Policier 2, sortant une feuille : Mirabella Romario, vous êtes accusée de vol, création et possession de faux papiers, détournements de fonds, délit de fuite, entrave à la justice, octroie de pots-de-vin afin d’obtenir des faveurs personnelles, tentative d’empoisonnement sur un jeune garçon quand vous aviez 5 ans… *****

Mirabella, l’interrompant et parlant innocemment : Euh j’avais 6 ans, c’est pas moi qui lui a dit de goûter à mes biscuits pi je pensais pas qu’utiliser de l’eau de javel pour remplacer l’huile d’olive dans la recette changerait quelque chose…

Policier 2, impatient : Oui bon enfin… Mettons qu’on exclut celle-là… J’ai pas encore lu toute la page… (Il lâche le bout de la feuille qui se déroule jusqu’à ses pieds) Y en reste encore pas mal !

Bob avec cheveux, paniqué : Pi ça ? Vous allez pas l’arrêter pour ça ?!?

Policier 1, à Mirabella : Normalement nous devrions vous lire vos droits…

Tous sauf le capitaine semblent inquiets et les parents de Mirabella sont sur le point de répliquer lorsque le policier reprend la parole avec un sourire.

Policier 1, très amicalement : Mais nous allons plutôt vous souhaiter une bonne soirée, amusez-vous bien et aussi… euh… (En regardant tout le monde et avec un tit air gêné) On peut avoir des autographes ?

Tout le monde se regarde sans comprendre.

Charles, expliquant : Ouais ben voyez-vous j’ai peut-être un peu intercédé auprès d’un certain président de la Fédération alors…

Mirabella, surprise : Quoi ?!? Vous avez fait ça ?!?

Charles : On a pas été vous sauver de la planète pour que vous finissiez en prison quand même… Comme si j’allais laisser mes membres d’équipage se faire arrêter, franchement!

Mirabella : Ah… Ben… Euh merci ! Merci beaucoup capitaine !

Tout les membres d’équipage signèrent alors des autographes aux quatre policiers et ceux-ci leur firent un garde-à-vous puis repartir très contents en souhaitant à tous de bonnes vacances. Tous regardèrent les quatre polices montées qui s’éloignaient.

Capitaine, admiratif : Ahhh le Canada… le plussssssss meilleur pays du monde !******

Tous parurent fier et soupirèrent un peu en souriant.

Flavien, impatient : Oui bon ben… Est-ce qu’on en profite de notre feu de camp finalement !?!

Serge, regardant le feu allumé sur la berge : Vous y êtes arrivé ?

Flavien, fier : J’ai pas rien apprit dans les Janettes ! *******

Bob avec cheveux, tout souriant : J’espère que t’as pris beaucoup de guimauves Serge… (Regardant tout le monde) On est une méchante gagne !

Capitaine : Normal… Bière qui saoule amasse les foules !!!

Sur ce, tous allèrent s’asseoir en rond autour du feu de camp alors que Serge distribuait des guimauves.


88888888888888888888888888888888888

Notes chap.22
:
* Voir l’épisode « Tout feu, tout flamme ».
** La comédienne interprétant la sœur du capitaine dans le premier film s’appelle Isabelle Vincent (comédienne que j’adore soit dit en passant), de là le nom que j’ai choisit…
*** Voir l’épisode « La fin ». Pétrolia dit savoir que sa grand-mère a les cheveux gris et un dentier.
**** Ben quoi ?!? Fallait bien que je plogue le Canada non ? Heille, première puissance mondiale quand même ! Shocked Pi ça existe tu des subventions pour les fanfics ? Very Happy
***** Voir l’épisode « Hasta Luego ». On y apprend certaines des accusations pesant sur Mirabella, soit vol, faux papiers et détournements de fonds.
****** Célèbre citation très intelligente Idea … euh... plutôt juste célèbre citation... de notre ancien premier ministre, Jean Chrétien !
******* Flavien était dans les Janettes parce qu’il ne restait plus de place dans les Scouts et que les parents d’une de ses familles adoptives voulaient se débarrasser lui…


Dernière édition par le Sam 20 Aoû à 14:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spaces.msn.com/members/titniddenini/
ninibernier
Fanfickeur(euse)
Fanfickeur(euse)
avatar

Nombre de messages : 102
Age : 30
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 21/02/2005

MessageSujet: Chapitre 23   Jeu 28 Juil à 12:53

Commentaires : Sortez vos ceintures fléchées ! Vla les sept carrés ! cheers cheers cheers
Résumé à date : La mission est terminée, Mirabella et Falbo sont sauvés, la père adoptif de Flavien va bien, le vaisseau est comme neuf et on arrive sur Amateria. WOW ! Et puis non je ne suis pas assez michante pour venir foutre le bordel à nouveau… Ils méritent tous beaucoup trop de vraies bonnes vacances pour ça ! Les tits drinks rafraîchissants avec des parasols en papier dans les verres, c’est par là !


Chapitre 23 : Party, feu de camp, demande en mariage et discours débridé (ou Chapitre dont le résumé est dans le titre ) (Partie 1)

Quelques minutes plus tard

Tout le monde était assis en silence autour du feu de camp et faisait rôtir leurs guimauves. La sœur du capitaine était allé coucher les enfants et était revenue s’asseoir près du feu. Le Soleil était couché depuis un petit moment et maintenant les deux Lunes* d’Amateria montaient dans le ciel étoilé… L’endroit était si calme, tous semblaient vouloir profiter un peu du silence apaisant qui régnait autour d’eux.

Pétrolia, parlant doucement : C’est fou comme on est bien tous ensemble comme ça…

Pétrolia prit la main de sa grand-mère qui était près d’elle et regarda tout le monde en souriant. Tous sourirent à Pétrolia, sauf Brad qui fixait le vide.

Falbo : C’est vrai qu’on est bien…

Soudainement, Brad lâcha son bâton et sa guimauve tomba au milieu du feu. Il n’y porta aucune attention, se leva et s’éloigna rapidement en direction du lac. Tous furent un peu surpris et n’osèrent pas bouger sauf Valence qui se leva doucement et partit en direction du chalet. Les autres la regardèrent s’éloigner puis haussèrent les épaules et reportèrent leur attention vers le feu qui crépitait.

***

Une minute plus tard, sur le bord du lac

Après être allé chercher quelque chose dans le chalet, Valence alla rejoindre Brad qui était assis sur un rocher que quelques petites vagues venaient heurter continuellement. Valence s’assit près de lui en silence et attendit qu’il parle, ce qui ne fut pas bien long.

Brad, fixant la surface du lac : Qu’est-ce que je suis censé comprendre ?

Valence, comprenant de quoi il parlait : Rien ne prouve qu’il aurait pas aimé être auprès de vous ce soir. Je peux pas vous dire comment votre père se sent en vers vous, mais n’interprétez pas son absence trop rapidement. Vous risquez beaucoup trop de vous tromper, Brad.

Brad, se tournant vers Valence : Mais comment je peux l’interpréter autrement que si c’est parce qu’il m’aime pas ?

Valence, haussant les épaules : Dites-vous qu’il est occupé.

Brad, perdant patience : Occupé ?!?

Valence : Vous lisez pas les journaux pas vrai ?

Brad fait un regard d’incompréhension et Valence lui tend un journal. Brad prend le journal et parvient à en lire une partie à la lueur des rayons des deux lunes.

Brad, lisant : Les nouvelles normes environnementales très sévères appliquées sur Amateria forcent la fermeture des nouvelles usines Spitfire Corporation.** Le propriétaire, Rich Spitfire, perd tout. (Brad dépose le journal) C’est peut-être mieux comme ça…

Valence, intriguée : Vraiment ?

Brad, pensif : La compagnie de mon père fermée, j’ai plus vraiment de compte à lui rendre… Et puis j’ai pensé à ce que vous m’avez dit… J’ai pas besoin de lui pour faire ce que je veux faire.

Valence : Et qu’est-ce que vous voulez faire au juste ?

Brad : Jusqu’ici je croyais que j’aimais pas être un scientifique mais dans le fond, j’aime ça, c’est juste que je voulais pas donner raison à mon père je suppose. Je vais continuer à être scientifique mais maintenant, plus rien m’empêche d’aller vers mon rêve… (Il fait une petite pause puis regarde Valence) C’est difficile ouvrir une école de ballet vous pensez ?

Valence, riant un peu et souriante : Peu importe, je suis sûre que vous pouvez le faire !

Brad, le cœur léger : Merci.

Les deux regardèrent les quelques vagues qui venaient se briser à leur pieds sur le petit rocher. Ils restèrent ainsi quelques instants puis Valence se leva.

Valence : Alors euh… vous venez fêter ou je vous laisse ici ?

Valence et Brad se sourirent puis Brad se leva et ils partirent tout deux pour retourner auprès des autres.

***

Autour du feu, deux minutes après le « Une minute plus tard, sur le bord du lac »…

Flavien : Bon euh est-ce qu’on la démarre cette soirée là ?

Bob avec cheveux : Ouais, faut faire un party !

Mère de Bob, moqueuse : Tant qui a pas de clown pi pas de fer à repasser en vue…*** Je vous ai à l’œil les gars !

Bob avec cheveux, en riant : Han, tu te souviens de ça Mommy ?

Mère de Bob, en riant : En tout cas je suis sûre que Patapom va s’en rappeler longtemps!

Bob et Flavien rient a en plus finir lorsque Valence et Brad reviennent ensemble.

Valence : Ben voyons, le party est pogné ?

Falbo : Ben ça s’en vient en tout cas !

Valence s’assoie près de Charles et Brad va entre Falbo et le mère de Bob.

Charles : Pi Brad ? La vie est belle finalement ?

Brad, souriant : Pas mal pentoute ! (Son regard est attiré vers les cheveux de Bob) Mais a serait pas mal plus belle sans ce truc là… Ark ! Bob vous avez mis quoi dans vos cheveux ?

Tout le monde regarde Bob avec cheveux. On dirait que ses cheveux dégouttent.

Bob avec cheveux, haussant les épaules : Rien…

Mère de Falbo : Ben est-ce que vous les lavez une fois de temps en temps ?

Charles : Ouais parce que… Chose trop mise, chose pue ! (Tit silence) C’est ça là…

Bob avec cheveux, haussant les épaules une fois de plus : Ben euh j’ai mis du fixatif parce que…

Flavien, l’interrompant : T’es sûr que tu t’es pas trompé avec le beurre en cacanne ?

Falbo passe son doigt dans les cheveux de Bob et y goûte.

Falbo : Hmm… Ça goûte le pop corn !

Tout le monde se liche les babines mais après quelques secondes à regarder les cheveux de Bob ils font une face de dégoût.

Mirabella : Tu sais Bob… (Elle lui enlève la perruque) T’es ben plus beau au naturel !

Mirabella fait un sourire à Bob et Bob lui répond d’un gros sourire béat.

Tous : Onnnnnnn !

Bob, prenant sa perruque et la regardant : Ah oui ? Bon ok… mais si jamais tu change d’idée je…

Brad, arrachant la perruque des mains de Bob : Non non ! A changera pas d’idée !

Brad jette rapidement la perruque dans le feu.**** Tout le monde est un peu surpris mais finalement ils semblent contents d’en être débarrassés et partent à rire.

Charles : Bon et bien, cela fait… Vous savez à quoi je pense ?

Tous, échangeant un regard : PARTY !

Flavien, sortant sa guitare : Heille on chante tu des chansons ?!?

Falbo : Oh yes ! Euh… On chante tu du Paul Piché ? (L’équipage fait une tite face de peur) Ben quoi ?

Pétrolia : Ben la dernière fois qui ont chanté du Paul Piché…

Flavien : ... ben le diable est arrivé…*****

Les parents, Mira, Falbo et la sœur du capitaine : Hein !?!

Valence : Longue histoire… (Se tournant vers l’équipage) Mais Steve a prit sa retraite… Je doute qu’il revienne pour chialer !

Flavien, pensif : C’est vrai… (Retrouvant le sourire) Ok debbord !

Flavien entama alors « A di de la di » de Paul Piché et tous se mirent à danser des sept carré !****** Oui et bien tous sauf la grand-mère de Pétrolia, qui elle se tenait debout, les bras croisés et se faisait aller les jambes dans une forme de danse russe qui restait assez difficile à reconnaître car elle était dansée un peu trop lentement… ce qui était tout de même normal vu l’âge avancé de la femme.

***

Autour du feu, environ une heure plus tard

Après le long sept carré, tout le monde s’était assis pour reprendre un peu leur souffle et Serge pour se huiler les articulations. Brad quant à lui chialait un peu en disant que les sept carrés et les rigodons étaient des danses primitives.

D’ailleurs on ne pouvait pas dire de Brad qu’il était en très grande en forme car après une seule danse et il était tout en sueur. Il décida d’aller sur le quai où il ventait un peu pour se rafraîchir mais Flavien et Bob le suivirent sans faire de bruit. Ils parvinrent à le surprendre et le lancèrent à l’eau. Tous rirent et Brad revint trempé comme une lavette pour se faire sécher auprès du feu.

Se moment d’euphorie passé, on avait entamé d’autres chansons très folkloriques de St-Jean-Baptiste. Cela faisait bientôt une heure maintenant que Flavien jouait toujours aussi joyeusement de sa guitare. De plus, le père de Valence avait été chercher un violon dans le chalet. La mère de Valence étant irlandaise et jouant très bien, elle accompagna donc Flavien au violon et obligea Valence a jouer un peu.*******

Pour quelqu’un qui n’avait pas joué depuis plus 5 ans, Valence s’en sortit merveilleusement bien. Tous furent surpris et applaudirent. Après une chanson, Valence relégua tout de même le violon à sa mère qui était bien meilleure car elle avait beaucoup plus de pratique.

Tous chantaient maintenant en cœur « Heureux d’un printemps » en tapant des mains. Brad, qui était encore un peu humide de son petit tour dans le lac, secouait sa veste près du feu pour achever de la sécher. Mirabella dansait en tournant avec la sœur du capitaine en suivant le rythme de la guitare et du violon. Bob avait la bouche pleine de guimauves et marmonnait les paroles en mangeant avec entrain. Falbo avait mis une ceinture fléchée et buvait son lait au chocolat chaque fois qu’il y avait une petite pause dans les paroles… Bref, tout le monde trouvait son bonheur dans ce party !

Lorsque la chanson prit fin, tout le monde applaudit joyeusement.

Père de Falbo, très joyeux : C’est encore mieux que les party de la St-Jean de quand j’étais jeune !

Falbo : Ce qui est bien surtout c’est qu’on a de bonnes réserves ! (Il met sa main sur une grosse pinte de lait au chocolat qui est à côté de 5 autres) Assez pour tenir jusqu’aux petites heures du matin !

Mirabella, moqueuse : Tu veux rire ? À la vitesse que tu le bois là, je crois pas qui va pas t’en rester dans 30 minutes !

Serge, à Mirabella : En fait, selon sa vitesse moyenne de déglutition, il lui reste 17 minutes, 32 secondes et 4 millièmes de secondes.

Tandis que Falbo réévaluait ses réserves de lait au chocolat, Flavien pensait à ce qu’il pourrait bien jouer d’autre. Il joua quelques accords par ci par là puis fit un sourire. Il joua quelques notes…

Tous, en souriant : YOUHOU !

…et tout le monde approuva en entendant les premières notes de «Pic-bois».********

Plusieurs se levèrent pour recommencer à danser un peu et tous se remirent à taper des mains. Bob lâcha finalement ses guimauves pour accompagner Flavien en frappant sur un bol avec deux branches. Falbo détourna son regard de son précieux lait au chocolat et réajusta sa ceinture fléchée avant de se mettre à danser un genre de rigodon.

Charles regarda un peu la scène en souriant puis il prit la main de Valence qui était assise à ses côtés et lui fit signe de venir avec lui. Valence le suivit, intriguée et ils partirent tout les deux alors que les autres entonnaient le refrain tous en coeur.


***

88888888888888888888888888888888888

Notes chap.23 (première partie)
:
* Amateria a deux Lunes; deux satellites naturels qui se lèvent à petit intervalle.
** Comme quoi les Terriens s’améliorent un peu en terme de respect de la nature… Faut bien qu’ils finissent par apprendre de leurs erreurs un tit peu non ? Et une cochonnerie de moins sur Amateria, une ! thumleft
*** Voir l’épisode « Le mime ». Bob raconte qu’à son anniversaire ses parents avaient fait venir un clown qui jonglait avec des fer à repasser et Flavien et Bob avaient branché les fers… Le clown s’est brûlé au troisième degré et ils l’appelaient Patapom le toasté ! Ah souvenirs, souvenirs…
**** J’ai toujours rêvé de faire ça ! On est bien débarrassé ! De toute façon Bob est tellement mieux au naturel…
***** Voir l’épisode « Le yiable ». Y paraît que le yiable, Satan, Belzébuth, Lucifer, le Devil (du New Jersey ?) ou plus simplement Steve… n’aime pas Paul Piché !!!
****** Je dédie les sept carrés à Alex qui aime à souhaiter voir des sept carrés partout ! Razz
******* Première des choses, je trouve qu’un party folklorique sans violon n’est pas complet et puis je n’étais pas capable d’imaginer « Heureux d’un printemps » joué sans son merveilleux violon. Seconde chose, jouant moi-même du violon, j’admire le violon irlandais qui est sans conteste le plus beau du monde. Troisièmement, comme beaucoup d’Irlandais son roux, ça match très bien avec Valence. Et puis quatrièmement, le fait que la mère de Valence soit irlandaise peut expliquer les talents culinaires peu développés de Valence… Ah les Irlandais et leur Stew ! Rolling Eyes
******** Un tit hommage à Beau Dommage, ce groupe qui touche tant de gens peu importe l’âge et qui, je l’espère, restera à jamais dans le grand cœur des Québécois ! Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spaces.msn.com/members/titniddenini/
ninibernier
Fanfickeur(euse)
Fanfickeur(euse)
avatar

Nombre de messages : 102
Age : 30
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 21/02/2005

MessageSujet: Chapitre 23 (partie 2)   Ven 12 Aoû à 16:19

Chapitre 23 : Party, feu de camp, demande en mariage et discours débridé (ou Chapitre dont le résumé est dans le titre) (Partie 2)

Cinq minutes plus tard, sur le bord du lac

Charles et Valence marchaient main dans la main en suivant la rive. Ils avaient marché assez loin pour que ne leur soit plus perceptible aucun des bruits de la fête qui se poursuivait près du chalet. On entendait seulement quelques clapotis d’eau et le bruissement des feuilles qui étaient bercées par le vent. L’air était frais et une petite brise venait jouer dans les cheveux de Valence.

La soirée était avancée et le Soleil couché depuis longtemps. Malgré tout, il faisait assez clair; les deux lunes d’Amateria étaient hautes dans le ciel et la surface du lac envoyait des reflets dansants de leur lumière blanche jusqu’à l’orée de la forêt.

Les amoureux s’arrêtèrent tout juste devant l’eau et regardèrent le lac. Le paysage était à couper le souffle. À l’horizon on voyait de grandes montagnes qui se découpaient sur le ciel étoilé et les deux astres diurnes se tenaient majestueusement au dessus de leurs sommets. Toute la surface du lac était scintillante de lumière. On aurait dit que le lac riait. *********

Valence, très doucement : C’est merveilleux.

Charles, se tournant vers elle : Pas autant que toi.

Charles avait un sourire admirateur que Valence lui rendit et avec un petit rire. Charles la regarda quelques instants dans les yeux et il serra sa main dans la sienne.

Charles : Je t’aime Valence.

Valence : Moi aussi je t’aime Charles.

Charles lui tassa délicatement une petite mèche de cheveux du visage.

Charles : Je peux te demander quelque chose ?

Valence, faussement pensive : Hmmm… En autant que tu veux pas me lancer à l’eau…

Ils étouffèrent tout les deux un rire en repensant au plongeon de Brad qui avait eu lieu plus tôt dans la soirée. Après l’évocation de ce beau souvenir, Valence redevint tout de même plus sérieuse.

Valence, très sincère : Tu peux me demander n’importe quoi.

Charles lui sourit puis prit une bonne respiration avant de se lancer. Il prit les deux mains de Valence dans les siennes et la regarda dans les yeux.

Charles, tendrement : Valence, t’as fait des cinq dernières années les cinq plus belles années de ma vie. T’es tout simplement merveilleuse et je sais pas ce que j’aurais fait sans toi. Et maintenant que la mission est finie, je me pose plusieurs questions à savoir ce qui va m’arriver, ce que je veux faire… Et dans tout ça il y a une chose dont je suis sûr ; c’est que je t’aime et que je veux passer le reste de ma vie avec toi.

Charles prit une pause. Il sourit à Valence et la regarda comme jamais. Valence fit la même chose et comme Charles ne semblait pas avoir finit de parler, plutôt que de l’interrompre Valence lui serra les mains aussi fort qu’il lui serrait déjà les siennes comme pour lui dire qu’elle ressentait la même chose. Encouragé par son geste, Charles prit une autre respiration et termina.

Charles : Valence, veux-tu m’épouser ?

Valence fut surprise par la question et prit quelques secondes avant de pouvoir parler…

Valence, toute souriante : Oui ! Oui, je veux Charles !

Charles recommençât à respirer librement et c’est très heureux qu’il accueillit Valence qui se jeta dans ses bras. Il la serra très fort. Il restèrent enlacés quelques instants sans dire un mot.

Charles, chuchotant dans l’oreille de Valence : J’ai jamais été aussi bien… Juste toi et moi…

Valence : C’est qu’on est pas seuls Charles…

Charles ne comprenait pas ce qu’elle voulait dire. Valence recula un peu de son étreinte et le regarda.

Valence : Je voulais t’en parler justement… Tu serais prêt à faire une petite place de plus avec nous ?

Charles, intrigué : Quoi ?

Valence, en souriant : Ben y a quelqu’un qui désire se joindre à nous.

Valence amena la main de Charles qu’elle tenait encore jusqu’à son ventre ou elle la pressa délicatement. Charles regarda leurs mains sur le ventre de Valence quelques instants puis fit de gros yeux et regarda Valence.

Charles, hésitant : Tu veux dire… que… enfin… t’es…

Valence, faisant signe que oui de la tête : Je suis enceinte.

Charles resta la bouche ouverte deux secondes avant d’assimiler ce que Valence venait de lui annoncer.

Charles, tout souriant : Je vais être papa !

Valence ria à cette affirmation plutôt enfantine et Charles la serra contre lui encore une fois.

Charles : Moi qui pensais que je pouvais pas être plus heureux ! (Il soupira un peu) Je te promet que je vais faire tout ce que je peux pour être un bon père !

Valence, le regardant mais sans se défaire de son étreinte cette fois : Tu vas être merveilleux, je le sais.

Valence et Charles se sourirent à nouveau et s’embrassèrent longuement sous le seul regard des deux lunes qui s’élevaient au-dessus d’eux.

***

Une demi-heure plus tard, au bord du feu

Pendant ce temps, le party c’était un peu calmé autour du feu. Après avoir entonné du Harmonium, tout le monde était maintenant tranquillement assis et chantait doucement du Jean Leloup en faisant griller leurs guimauves sur le feu qui crépitait. Seul Bob arrêtait parfois de chanter pour glisser quelques mots à Mirabella en essayant de faire son intéressant. Presque tout les sujets y avaient passé et à chaque fois le succès de Bob était plutôt mitigé…

Bob, essayant d’être sexy : Hey euh Mira…Dis-moi, qu’est-ce que tu pense des… euh… des bébés phoques qui disparaissent dans le triangle des Bermudes ? **********

Mirabella, le regardant croche : C’est parce qui a pas de phoques dans le triangle des Bermudes, Bob !

Bob, tout confiant : Ben c’est sûr qui en a pas, ils disparaissent !

Mirabella resta figée devant Bob alors que celui-ci se cogna le doigt sur la tête comme pour dire « il y en a là-dedans ! ». Malgré tout, Mirabella gardait le sourire. En fait, seul Falbo ne semblait pas très bien. C’est qu’il avait bu sa dernière goutte de lait au chocolat il y a environ dix minutes, donnant ainsi raison à la prédiction de Mirabella, tout en confirmant le calcul de Serge. Falbo bougeait donc nerveusement et regardait partout comme s’il espérait qu’une pinte de lait tombe du ciel.

Alors que tous chantaient et que Falbo tremblait sur son siège, la mère de Valence regarda drôlement Falbo qui était assis près d’elle, puis elle se pencha vers Mirabella.

Mère de Valence, intriguée : Comment il a fait sur la planète pendant si longtemps sans lait au chocolat ?

Mirabella : Ben il a eu l’air de ça pendant environ un mois… Ensuite il s’est inventé une espèce de liqueur qu’il buvait dans une noix de coco… C’était tellement sucré ça devait bien valoir trois verres de lait au chocolat !

Falbo se retourna tout d’un coup vers les deux femmes lorsqu’il entendit Mirabella prononcer les mots magiques, soit « lait au chocolat ».

Falbo, très nerveux : Vous en avez trouvé ? Vous savez où il y en a ?

Mirebella : Y en a pu tu la toute bu Falbo!

Falbo, désespéré : Arg ! Y a tu un dépanneur pas loin ?!? Ou si quelqu’un a une vache pi du cacao je vais m’arranger aussi !!!

Charles : Du champagne ça vous dirait pas à la place ?

Tous se tournèrent vers le capitaine et Valence qui venaient de revenir ensemble. Ils se tenaient toujours la main et semblaient extrêmement heureux.

Falbo, surprit puis faisant un gros sourire : Euh… ben c’est sûr que du champagne je dirais jamais non !

Charles fait signe à Serge et celui-ci va au chalet.

Mirabella : Et on fête quoi au juste ?

Charles, très heureux : Ce que vous voulez ! C’est moi qui offre !

Tous regardent Charles et Valence avec un air intrigué et moqueur comme en suspectant l’air de parfait bonheur du couple…

Mère de Valence, moqueuse : Vous êtes partit longtemps tout les deux…

Valence, toute aussi moqueuse et en se collant plus sur Charles : Oh quoi, y a des jaloux?

Tous étouffent un rire et Serge revient avec des verres et du champagne. Flavien range sa guitare et tous s’assissent au bord du feu alors que Serge sert du champagne à tout le monde.

Charles, levant son verre : Vous buvez à la santé de ce que vous voulez… Toutefois permettez moi de le faire à la santé de la femme que j’aime et qu’il me tarde à épouser (tous font des yeux ronds) ainsi qu’à l’enfant qu’elle attend et que j’aime déjà.

Tous sont très surpris après ces paroles, alors que Charles donne un doux baiser à Valence. Il ne se passe tout de même pas beaucoup de temps avant que les félicitations fusent de partout. Tous lèvent leur verre et boivent une gorgée… après quoi il reste tout de même encore du champagne à boire…

Père de Valence, il regarde les autres parents : Et bien moi je lève mon verre à nos enfants… (Il regarde les membres d’équipage) Parce que vous avez accomplit de grandes choses et que nous sommes si fières de vous…

Grand-mère de Pétrolia, avec un accent russe : Moi je veux lever mon verre, à ma petite fille… (Elle se tourne vers Pétrolia) parce que tes parents aussi seraient fières de toi… et je sais qu’ils te regardent…

Une larme coula sur la joue de Pétrolia qui prit sa grand-mère dans ses bras.

Brad, levant son verre : Aux rêves… (il regarde Valence) parce que quelqu’un m’a répété que tout est possible et que j’ai finit par y croire…

Valence rend son sourire à Brad.

Bob : À Falbo et Mirabella… parce qu’on est tellement contents de vous revoir !

Mirabella : Au capitaine, pour le remercier de ce qu’il a fait pour moi et pour lui signifier toute la reconnaissance et le respect que j’ai pour lui…

Falbo : À l’inventeur de la recette du lait au chocolat… (Rire généralisé) Mais aussi, je dois le dire… à vous tous, pour être venus nous chercher malgré le danger…

Valence : À nos parents, pour être si entêtés… et aussi assez courageux pour nous avoir suivit et avoir permis de sauver Mirabella et Falbo…

Flavien, levant son verre : À mes parents adoptifs… parce que vous savez pas à quel point ça représente beaucoup pour moi que vous soyez ici…

Mère de Valence, levant son verre : Au temps qui passe… parce qu’il nous amène de si beaux moments comme celui-ci… (moqueuse) et parce que ça donne un coup de vieux apprendre qu’on va être grand-mère… (Tous rient)

Pétrolia, levant son verre : À la Terre… je l’aurai jamais vu mais je suis sûre qu’elle était merveilleuse !

Père du capitaine, levant son verre : À notre nouvelle Terre… À Amateria !

Flavien : Oui, à Amateria… parce qui fallait bien qu’on finisse par la trouver à force de chercher, han gagne !

Tous approuvent.

Charles : Comme quoi tout arrive à qui sait attendre ! La mort, par exemple...

Bref silence, puis haussements d’épaules incertains…

Isabelle, songeuse et inquiète : Justement… Tout arrive… Est-ce qu’on risque pas de revoir ce qui s’est produit avec la Terre arriver ici aussi ?

Tous baissent les yeux.

Mère de Falbo: C’est vrai… Qu’est-ce qui nous dit qu’Amateria ne finira pas comme la Terre ?

Père de Mirabella, pensif : Selon moi, toutes les planètes avec une civilisation assez développée finiront toujours par atteindre cet état là… C’est inévitable.

Père de Bob : Donc, la question c’est combien de temps Amateria va tenir, c’est ça ?

Serge : Plusieurs promesses on été faites afin de mieux préserver l’environnement d’Amateria. En fait le sort de la planète dépend uniquement de si ces promesses seront tenues ou non.

Mère adoptive de Flavien, inquiète : Et si elle ne sont pas tenues ?

On sent un peu d’inquiétude en tout le monde.

Charles: Alors Amateria ne tardera pas à devenir comme la Terre et tout recommencera… (Pensif) Mais d’une certaine façon, seules les promesses non tenues ont un avenir ! ***********

Tous semblent réfléchir sur cette phrase.

Mère du capitaine : Alors levons nos verres à l’humanité et à ses plus belles valeurs… en souhaitant qu’elle saura apprendre de ses erreurs…

Tous ne semblent pas vraiment rassurés.

Père adoptif de Flavien, optimiste : Le sort de la Terre était peut-être juste une erreur de parcours… Je suis sûr qu’il y a plein de planètes où ça n’arrivera jamais !

Père du capitaine, voulant se faire rassurant : Oui ! Dites-vous simplement que la Terre est l’exception qui confirme le rapporteur d’angles ! (À lui-même) À moins que ce soit le compa… J’ai jamais été ben bon en géométrie…************

En entendant ces paroles du père du capitaine, l’inquiétude tombe pour céder à l’étonnement. Tout le monde arrête de parler et promène un regard rempli de surprise sur le père du capitaine jusqu’au capitaine, puis à nouveau au père du capitaine.

Mère du capitaine, haussant les épaules : Ben… C’est de famille !

Tous restent bouche bée et après quelque secondes ils lâchent un petit rire.

Capitaine, un peu gêné : Oui euh… Et bien… (Il regarde tout le monde longuement. Tous rient encore un peu) Je lève mon verre à la valeur la plus sûre et la plus merveilleuse qui soit; celle qui inclue tout ceux que l’on aime et qui nous gardera unit peu importe le destin d’Amateria… Je lève mon verre à la famille !

Tous se regardent et échangent des sourires.

Tous, en levant leurs verres : À LA FAMILLE !!!

88888888888888888888888888888888888

Notes chap.23 (deuxième partie)
:
********* Clin d’œil à la plus merveilleuse pièce de théâtre que j’ai vu de ma vie, une pièce qui a su me toucher au plus profond de moi-même. Je parle bien sûr de la pièce Le Rire de la mer de Pierre-Michel Tremblay. Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven
********** Tit clin d’œil à Jade et à nos merveilleux sujets de conversations inutiles !!! Laughing
*********** Que de philosophie… Pensez-y ! Ça porte à réflexion.
************ AHHH ! Une Patenauderie sortit de quelqu’un d’autre que le capitaine ! C’est fou han !?! Et je suis heureuse de pouvoir terminer ma fic sur un phénomène aussi paranormal !

Notes générales :
#1 Le chapitre est peut-être un peu « quétaine » en partie… mais nous avons tous un tit côté quétaine pas vrai ? Il suffit juste de l’accepter ! Et puis en respectant bien les personnages, il était difficile que ce ne soit pas quétaine…
#2
Je dois avoir le « syndrome Astérix »… J’étais pas capable de ne pas finir avec une sorte de banquet… Une longue histoire ne me semble pas complète sans ça !
#3 Ouais je sais… mes notes sont quasiment aussi longues que le chapitre !!! Shocked

Note : Mon chapitre n'est pas fait pour être en deux parties... C'est juste parce que mon chapitre était trop long pour que le forum soit capable de me laisser le publier en un seul morceau... Shocked Exclamation


Dernière édition par le Sam 20 Aoû à 14:52, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spaces.msn.com/members/titniddenini/
ninibernier
Fanfickeur(euse)
Fanfickeur(euse)
avatar

Nombre de messages : 102
Age : 30
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 21/02/2005

MessageSujet: Chapitre 24   Ven 12 Aoû à 16:24

Commentaires : Comme le dit si bien le Capitaine Charles Patenaude, « toute bonne chose à une fin… sauf les saucisses qui en ont deux… ».
Résumé à date : Ben là si j’en fais un il va être plus long que le chapitre alors à vous de savoir où on est rendu… De toute façon c’est le dernier chapitre alors…



Chapitre 24 : Épilogue
(ou Autre manière de dire un mot qui s’écrit F-I-N mais sans le dire
parce que ce mot fait un tit peu peur à l’auteure…)


Narrateur : Nous sommes en 2039, la situation sur Amateria, nouvelle Terre d’accueil de toute une bande de tatas, est paradisiaque : la planète comporte plusieurs entrées laveuse-sécheuse, une couche d’ozone garantie sans trous ni taches, ainsi que ben de l’espace pour parker. Résultats : Amateria est cotée cinq étoile dans le «guide mi-chemin», les ressources naturelles abondent, l’industrie du ballon de plage monte en flèche et les compagnies de crèmes solaires font faillites.

La situation est plus que miraculeuse. Aidés par le savoir faire canadien, le capitaine Charles Patenaude et l’équipage du Romano Fafard ont trouvé une nouvelle planète pour y déménager 3 487 913 257 tatas toujours vivants. C’est ainsi que le 3 août 1 2039, se lève une aube nouvelle pour toute l’humanité alors que l’équipage du Romano Fafard part en vacances vers les confins d’une plage de sable blanc. Là où la main potelée du vacancier Américain obèse n’a encore jamais mis le pied.

* * *

On voit Amateria et plusieurs vaisseaux terriens en orbite, puis ceux-ci disparaissent progressivement dans le néant comme si le temps passait en accéléré. La surface de la planète, verte de ses forêts et bleue de ses océans, se transforme lentement et des lumières apparaissent, puis des zones très industrielles qui forment des taches grisâtres sur la planète. Bref, dans un laps de temps qui ne semble pas plus que 3 ou 4 années, le visage d’Amateria a énormément changé, commençant à paraître pollué et surpeuplé… Alors que l’on voit toujours la planète sous différents angles, ainsi que quelques paysages de sa surface, on entend de nouveau la voix du narrateur.

* * *

Narrateur : Nous sommes un peu plus tard que le tantôt d’avant... La situation sur Amateria s'annonce catastrophique : les trois milliards de tatas qui ont été sauvé, dépaysés par la propreté de leur nouvelle planète, s’empressent de la polluer autant que la Terre et d’y recréer les mêmes conditions de vie malsaines. Résultats : les ressources naturelles diminuent, Star Académie 57 fait fureur, le Canadien a encore poshé les séries et les commandites du Canada sont toujours aussi douteuses. 2

La situation devient épeurante. Une thérapie de groupe à l’échelle mondiale étant impossible, il est maintenant certain qu’Amateria connaîtra un jour le même sort que la Terre. Le destin de la petite Arielle 3 , fille de Charles Patenaude et de Valence Leclerc, tout comme le destin de toutes les générations futures de tatas est en péril. C’est ainsi que tôt ou tard, l’équipage du Romano Fafard risque de devoir partir à nouveau vers les confins de l’univers. Là où heureusement la main de l’Homme n’aura jamais mis le pied.


88888888888888888888888888888888888

Notes chap.24 :
  • 1 Je cherchais une date dans l’été et faute d’idées j’ai choisit la date de l’anniversaire de mariage de mes parents… Wink
  • 2 Maudit « Scandale des commandites », ça redore pas l’image du Canada ça han ! Pi avec cette allusion là je viens de perdre toutes mes chances d’obtenir des subventions pour ma fic un jour… silent
  • 3 Arielle… Un clin d’œil à Glaciale et à ses deux merveilleuses fics « L’enfant de l’oubli » et « Dis-moi que tu m’aime », dont je suis une grande fan. Bravo Amé ! Razz

    Note générale : Mon épilogue me fait un peu penser à une citation que j’aime beaucoup… et qui donne froid dans le dos… « L'avenir est ce qu'il y a de pire dans le présent »; grande citation de Gustave Flaubert, auteur français.


Dernière édition par le Jeu 10 Aoû à 15:54, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spaces.msn.com/members/titniddenini/
ninibernier
Fanfickeur(euse)
Fanfickeur(euse)
avatar

Nombre de messages : 102
Age : 30
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 21/02/2005

MessageSujet: Remerciements   Mer 17 Aoû à 23:07

Remerciements


Tout d’abord, un gros merci à Claude Legault et Pierre-Yves Bernard de nous avoir donner le bijou qu’est Dans une galaxie près de chez vous !!! Very Happy

Ensuite, comme je suis plutôt du genre insécure, je ne serais peut-être pas arrivé à terminer ma fic sans certaines personnes… Rolling Eyes

En premier donc, je veux remercier la petite fenêtre MSN qui était dans le coin de mon écran d’ordi pratiquement à chaque fois que je travaillais sur ma fic. Dans cette petite fenêtre se trouvait une personne à qui je dois beaucoup, je veux parler de Jade. Depuis le début de ma fic et même avant elle était là. Dès le premier juillet, lorsque j’ai eu l’idée de peut-être écrire une fic, elle m’a immédiatement encouragé à le faire et par la suite, elle m’a soutenu jusqu’à ce que j’écrive le dernier mot de ma fic, soit un mois et demi et 130 pages de scénario plus tard.

Jade, je dois te le dire, t’es merveilleuse pour remonter le moral ! De plus t’as toi-même beaucoup de talent en écriture et tu sais encourager et inspirer les autres…

Bon, je pourrais vous parler d’elle encore longtemps et en faire une éloge remarquable… Toutefois, lorsque j’ai dit à Jade que je voulais lui faire un remerciement à la fin de ma fic, elle est devenue toute rouge virtuellement, et c’est toute gênée et très humblement et modestement qu’elle m’a dit de juste écrire et je cite : « juste dire merci à la tite no where pas rapport qui aime tes fics ». Embarassed

Donc je vous demande d’oublier tout ce qui est écrit dans les 3 paragraphes précédents car je ne ferai que remercier la tite no where pas rapport qui aime mes fics. Wink

En second lieu, merci à Oli qui m’a elle aussi beaucoup encouragé et qui m’a donné des idées pour ma fic. Elle m’a énormément inspiré et je peux vous dire que cette fille à du talent à revendre. J’en ai d’ailleurs été témoin à de nombreuses reprises.

Troisièmement, c’est après avoir lu sa fic La voix sous la montagne que je suis devenue lectrice active de fics et c’est son talent qui m’a donné la piqûre de l’écriture ! Sans elle, je ne me serais probablement jamais inscrite sur le forum où j’ai par la suite rencontré Jade et Oli ainsi que tous ceux et celles qui sont maintenant de vrais amis pour moi. À toi qui a déclenché toute cette réaction en chaîne, merci Lindâ ! Cool

Enfin, un gros merci à tout ceux qui ont lu ma fic et surtout à ceux qui m’ont laisser des commentaires sur les forums. Ça m’a beaucoup aidé ! Je n’aurais d’ailleurs jamais écrit de fic s’il n’y avait eu personne pour la lire, c’est donc grâce à vous qu’elle existe. thumright

En tout cas j'espère que vous avez eu autant de plaisir à la lire que moi à l’écrire !

Mr. Green Et je veux terminer ceci en vous disant cela : VIVE DUG !!! Mr. Green


Dernière édition par le Jeu 10 Aoû à 16:06, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spaces.msn.com/members/titniddenini/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [FT] C'est de famille ! (PG)   

Revenir en haut Aller en bas
 
[FT] C'est de famille ! (PG)
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» peterbilt de la famille Turner.
» [BUM BUM] Ma ch'tite famille
» Peut être bientôt un camping car dans la famille
» Un nouveau petit chat chez ma belle famille :D
» Votre Famille de Catch préférée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dug-fanfics :: La planète Fanfic :: La bibliothèque de Serge-
Sauter vers: