Dug-fanfics

Fanfictions
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 [OS][16+/R][slash] 24hours OPEN

Aller en bas 
AuteurMessage
drakys
Fanfickeur(euse)
Fanfickeur(euse)
avatar

Nombre de messages : 39
Localisation : dans mes pantalons
Date d'inscription : 02/10/2005

MessageSujet: [OS][16+/R][slash] 24hours OPEN   Lun 10 Oct à 8:37

24hours OPEN
par; drakys
classement; 16+
avertissement; pas à moi. suis menteuse. concept super de claude legault et pierre-yves bernard. moi avoir emprunté, joué avec, distordu beaucoup concept de base. attention au boy's love; les insinuations à caractère homosexuelle sont nombreuses et le tout mérite un classement de lime[/i].
écrit pour la quatrième vague d'imagination (http://www.elventroublemakers.net/imag/) en respectant les critères obligatoires de façon très très libérale. ces critères étant; un ruban rose, un des personnages doit nécessairement fumer, il doit y avoir une référence à un anime ou un manga, il doit y avoir une mort quelconque et l'action doit se dérouler sur une période de vingt-quatre heures.
notes; aussi archivé là http://elventroublemakers.net/saabisu/ff/gal_24hours.pdf
c'est effectivement un one-shot, aussi je suis désolée du fait que cette histoire soit postée en plusieurs parties. mais on dirait que la longueur maximale des posts n'aime pas la longueur de mes fics. oops...

Douche – 9:23
Bob regarda sa montre d'un air désespéré, pour ce qui lui semblait être la trente-huit millième fois. En se posant qu'il sache compter jusque là. Il se remit à taper sur la porte comme un enragé.
"Brad! BRAD! Sortez de là Brad avant que j'aille vous chercher! Ça fait trente-cinq minutes que vous êtes sous la douche! BRAD!"
La porte s'ouvrit juste assez pour qu'une tête sorte à l'extérieur.
"Y'a t'y que'que chose qui va pas mon Bob?
— Qu…? Hein…? C'est pas Brad qui…? Flav!?"
Ils se regardèrent une seconde. Puis Flavien réalisa que Bob n'avait probablement pas l'intelligence nécessaire pour formuler une question ne serait-ce que vaguement plus cohérente. Alors même sans la question, il risqua une réponse qui serait à même de satisfaire l'autre homme.
"C'est parce que j'suis ben ben sale.
— Oh", lâcha Bob. "Euh. Ouais. Okay. Mais si tu vois Brad, dis-lui que je le cherche. Je lui ai pas encore tapé s'a yeule à matin."
Il eut l'air rêveur une seconde, son poing se serrant automatique. Puis, l'air complètement dépassé par les évènements, le pilote s'éloigna. Il grommela en marchant, se demandant quel sort infâme et cruel l'empêchait de pouvoir passer à l'actualisation de ses fantasmes de violence sur la personne de Brad. En des termes moins compliqués, bien sûr. Flavien le suivit du regard jusqu'à ce qu'il disparaisse au coin du corridor. Il referma la porte, remit le verrou et se retourna.
"Bon, on était rendu où?"
Le scientifique, à moitié affalé dans un coin de la douche leva vers lui un regard suppliant.
"On avait fini?
— J'pense pas moi. Ça fait juste une fois."
Il s'avança avec un sourire qu'on pouvait difficilement qualifier par un autre terme que carnassier. Brad se colla contre la paroi de la douche, se relevant en s'aidant des murs.
"Mais… mais avec ce matin quand Bob est allé déjeuner, et en revenant du déjeuner dans le corridor C et…", commença-t-il. "Et en revenant dans la cabine pendant que Bob prenait son deuxième déjeuner, et…
— Ça fait toujours ben rien que, er…" Flavien compta sur ses doigts. "Trois fois.
— Quatre en comptant cette séance de douche intensive."
Flavien haussa les épaules.
"Bon, ben finalement une fois de plus ou de moins, ça fait pas vraiment une différence."
Il s'approcha, donnant au scientifique une soudaine envie d'être doué de la capacité de passer au travers des murs en s'avançant pour l'embrasser. Brad lui plaqua sa main contre la bouche.
"J'gage que vous êtes même pas capable de vous retenir une journée!"
L'opérateur radar s'arrêta brusquement et son sourire disparut.
"Une… une journée? Au complet là? Les vingt-quatre heures… d'affilée? Pas par versements mensuels?"
Le scientifique hocha la tête, sourire aux lèvres.
"Pffft! Bien sûr que je suis capable! Y'a absolument rien là.
— D'accord. Le perdant doit une faveur à la discrétion du gagnant."
Ils topèrent et Brad s'éloigna, étirant le bras pour attraper sa serviette.
"Mais on commence le pari après ce coup-ci!", s'exclama Flavien en l'attrapant par le bras et en le tirant en arrière.
"Pitiééé…"

Salle d'audiovisuel – 11:13
Brad soupira, étendu devant le téléviseur de la salle d'audiovisuel. Sans prêter vraiment attention à l'image sur l'écran, il changeait les chaînes rapidement. Les images défilèrent, changeant d'un tournoi d'improvisation à Catherine, de la chaîne météo qui prévoyait une pluie de météorites pour la fin de semaine à Musique Moins, d'un documentaire sur les mœurs sexuelles des langoustes à une émission de cuisine avec Ricardo, de Big Shot for Bounty Hunters à la chaîne de télé-achat qui vantait présentement les mérites d'un spray infaillible pour combattre la calvitie.
En changeant de chaîne à nouveau, il pensa avec un sourire mesquin que c'était quelque chose dont le capitaine avait bien besoin. L'atomiseur miracle se métamorphosa en pub pour la Sidérale, puis à une scène de Dans un univers près de chez vous. Totalement ennuyé, il bailla, sombrant peu à peu dans le sommeil. Quand soudainement le haut-parleur résonna, il sursauta et échappa la télécommande par terre.
"Flavien, rejoignez-moi dans le corridor 3", somma la voix amplifiée du capitaine. "J'ai besoin de vous immédiatement."
Le scientifique grogna, se penchant pour reprendre la manette. Son mouvement à moitié entrepris, il s'arrêta, le germe d'une idée venant d'éclore dans son esprit.

À l'embranchement des secteurs E et F – 11:46
Passant la tête au tournant du couloir, Brad espionna les progrès des deux hommes.
"C'est beau capitaine, vous pouvez y aller", assura l'opérateur radar encore perché dans l'escabeau, finalisant la réparation. "Encore une couple d'écrous à resserrer pis je vais avoir fini.
— Merci de votre aide Flavien. Oh, et vous vérifierez la plaque du système de ventilation avant de ranger les outils, d'accord? Elle fait un p'tit cillement fatiguant. J'pense qu'est un peu slack.
— Pas de problème capitaine!"
Charles s'éloigna. Le voyant s'approcher dans sa direction, le scientifique se recula en vitesse et se dépêcha de s'étendre par terre. Quand Patenaude tourna, il commença par le dépasser, apparemment sans le remarquer. Il s'arrêta un mètre plus loin, secoua la tête et regarda derrière lui.
Il haussa les sourcils, incrédule et secoua encore la tête, poursuivant son chemin. Trois pas plus tard, il s'arrêta à nouveau, regardant derrière lui une seconde fois.
"Brad? Mais qu'est-ce que vous faites là!", demanda-t-il en revenant sur ses pas, réalisant qu'il n'était pas victime d'une hallucination.
Le scientifique rouvrit les yeux.
"Je suis mort", expliqua-t-il sommairement en restant immobile.
"Vous êtes… mort?", répéta lentement Patenaude, de moins en moins certain de vouloir une explication.
Brad soupira bruyamment et se souleva sur ses coudes. S'appuyant sur un bras, de l'autre il fouilla dans le sac à sa ceinture. Sortant son agenda, il le feuilleta jusqu'au jour courant.
"Oui, cette semaine Bob m'a ouvert le crâne avec une brique."
Il rangea le carnet et se laissa retomber sur le sol, refermant les yeux. Charles leva les siens au ciel et l'attrapa par les poignets pour le forcer à se relever.
"C'est ridicule Brad!
— Non! Lâchez-moi! Je suis mort!", se plaignit le scientifique en se débattant comme un diable dans l'eau bénite.
Le capitaine se pencha au-dessus de lui, essayant toujours de le forcer à se remettre sur pieds.
"Arrêtez de gigoter bon sang!", s'écria-t-il sévèrement. "Laissez-vous faire un peu!"
Le scientifique jeta un coup d'œil discret derrière eux et vit Flavien au bout du corridor. Immobile. Serrant la poignée du coffre d'outils au point de lui faire mal. Continuant à se débattre, Brad fit glisser un de ses pieds et donna un bon coup contre la cheville de son supérieur, le faisant trébucher. Patenaude s'écroula contre lui, lâchant une exclamation de surprise.
"Braaad!"
Comme Charles essayait de se relever, le scientifique attendit qu'il soit à moitié agenouillé pour déplacer son genou et le refaire tomber sur lui. Il continua à se débattre pour nuire au capitaine. Ce dernier lui enfonça malencontreusement son coude dans l'estomac.
"Unghhh…"
Flavien finit par défiger et les dépassa d'un pas raide.

Couloir 17 – 14:58
"Bob, mon ami…"
Le pilote fronça aussitôt les sourcils.
"Qu'est-ce que vous me voulez Brad Spitfire? Vous voulez vous faire fesser, c'est ça?
— Justement, oui."
Le pilote le regarda en écarquillant les yeux de surprise, le poing qu'il venait de serrer retombant le long de son corps. Il cligna des yeux.
"Coudonc, est-ce que j'suis encore en train d'dormir pis personne me l'a dit?"
Brad passa un bras autour de ses épaules.
"J'ai une toute petite faveur à vous demander… Rien de bien difficile. Quelque chose que même vous devriez être capable de faire. Vous voudriez pas m'attacher dans la salle de repos?
"Pourquoi j'ferais ça!?", interrogea le pilote, incrédule.
"Voyons Bob! Pensez-y!"
Le pilote plissa les yeux pendant un moment, un sourire niais aux lèvres. Brad roula des yeux, réalisant que demander à Bob de penser avait été une cruelle erreur de sa part. Il lui tapota l'épaule pour le faire revenir au monde des vivants et ainsi récupérer son attention.
"Quand Flavien va revenir de sa marche sur la carlingue, il va sûrement venir faire une petite sieste, n'est-ce pas?", expliqua le scientifique. "Et s'il voit que vous m'avez attaché, juste pour qu'il puisse me taper dessus, ça va lui faire plaisir, non? Il va réaliser quel grand, incroyable, merveilleux et attentionné meilleur ami vous êtes, hein?"
Bob sourit.
"Ouais!"

Salle de repos – 15:08
"Attachez-moi avec ça!", ordonna le scientifique en lançant à Bob la corde.
"C'est du ruban… rose…", fit remarquer le pilote, incrédule.
"Ouais, y'avait plus rien d'autre en inventaire. Bizarre quand même. À croire qu'on essaie de respecter un critère stupide dans un concours d'écriture. Mais bon, c'est pas grave. On va faire avec ce qu'on a."
Il lui tendit ses bras, poignets l'un contre l'autre.
"Attachez mes mains ensemble. C'est ça, serrez bien aux poignets. Hey! Pas si fort!", gémit-il.
"Faut que ça ait l'air vrai quand même!", rigola Bob.
"Mouais bon", admit le scientifique en regardant autour de lui, cherchant la meilleure façon de mettre son plan à exécution. Il s'approcha de la couchette du pilote et s'adossa à l'échelle qui menait à celle de Flavien, levant les bras au-dessus de sa tête. "Attachez-moi maintenant. Non! NON BOB! Pas comme ça! Au barreau de l'échelle! Par les poignets!" En voyant l'air d'incompréhension du pilote, il leva les yeux au ciel. "Je vais avoir beaucoup plus l'air d'un punching bag."
Bob hocha la tête et s'empressa de faire ce qui lui était demandé.
"Et déchirez mon linge maintenant", ordonna ensuite le scientifique lorsqu'il eut terminé.
Le pilote grimaça.
"Pourquoi faire!?
Voyooons Bob! Si Flavien voit que vous ne m'avez pas frappé, il va vouloir partager, vous le connaissez. Et vous voulez lui faire plaisir, non?
— Oh oui, c'est vrai!"

Salle de repos – 15:19
"Brad, franchement", fit l'opérateur radar en secouant la tête.
Il se mit sur la pointe des pieds pour détacher le ruban. Le scientifique bougea sur le côté, mettant son visage tout près de celui de l'autre homme. Il souleva ses jambes et en emprisonna les hanches de l'opérateur radar.
Flavien se figea.
"Ça vous donne pas des idées?", murmura le scientifique en se frottant effrontément contre le corps de l'opérateur radar. "Ça fait presque six heures, ça doit vraiment mettre votre volonté à l'épreuve…", continua-t-il en effleurant les lèvres de Flavien du bout de la langue.
L'opérateur radar réalisa qu'il retenait son souffle et recommença à respirer. Il prit une grande inspiration et défit le nœud qui retenait les poignets du scientifique au montant métallique. Laissant retomber ses poignets encore attachés ensemble, Brad les jeta autour du cou de l'autre homme, forçant son poids contre lui.
Flavien vacilla légèrement et dû faire un pas pour ne pas qu'ils tombent. En profitant, le scientifique donna un coup sec vers l'arrière, les faisant basculer ensemble sur la couchette. Tombant sur Brad, l'opérateur radar avala avec difficulté, ayant soudainement l'impression que quelqu'un venait de monter le chauffage.
Le haut-parleur grésilla, les faisant grogner tous les deux.
"Brad, je veux vous voir tout de suite à la salle de commandement!", ordonna la voix autoritaire du capitaine.

Salle de commandement – 15:25
"Ça vous a donc ben pris du temps!
— Ben là!", fit le scientifique en jetant un coup d'œil à sa montre. "Six minutes, c'est pas si pire que ça. C'est moins long que quand vous appelez Bob et qu'il prend le temps de finir sa sixième collation de pogo avant de se décider à venir!"
Le capitaine Patenaude haussa les épaules. lui fit signe de le suivre et ils s'approchèrent de la carte spatiale. Il pointa une région.
"Nous allons bientôt quitter la galaxie Et Cetera, qui malheureusement pour notre mmmision..."
Les deux hommes levèrent la tête et fixèrent le vide pendant une seconde.
"…ne contient aucune planète habitable", continua Charles. "Bob m'a assuré que nous devrions en dépasser les limites en soirée. Je voulais votre avis Brad. Dans quelle direction devrions-nous poursuivre nos recherches?"
Le scientifique examina la carte spatiale une seconde, puis fouilla dans le sac passé à sa ceinture, dépliant une page d'un rapport de sonde. Il réexamina la carte et tapota un endroit à gauche sur la carte.
"Si nous faisons route vers l'ouest, nous devrions arriver dans la galaxie Tougenkyou dans une semaine, dix jours maximum.
— Merci Brad.
— Mais de rien capitaine", sourit le scientifique en s'éloignant, marchant vers la sortie de la salle de commandement.
"Bob? Dès qu'on sera sortis d'Et Cetera, mettez le cap plein est, vers la galaxie Soda", eut le temps d'entendre Brad avant que les portes ne se referment derrière lui.


Dernière édition par le Lun 10 Oct à 20:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://drakys.livejournal.com/
drakys
Fanfickeur(euse)
Fanfickeur(euse)
avatar

Nombre de messages : 39
Localisation : dans mes pantalons
Date d'inscription : 02/10/2005

MessageSujet: Re: [OS][16+/R][slash] 24hours OPEN   Lun 10 Oct à 8:37

Secteur B – 16:59
Brad entendit le sifflement joyeux de l'opérateur radar se rapprocher. Il se dépêcha d'ébouriffer ses cheveux, de sortir son chandail de ses pantalons, de… Bref, de se donner l'apparence de quelqu'un qui vient de se faire sacrer une volée. Ou de quelqu'un qui a profité d'un coin sombre pour une p'tite vite.
Il se laissa glisser contre la paroi près de la porte un peu précipitamment. S'empressant de sortir une cigarette du carton plein, il la cala au coin de ses lèvres et l'alluma. Comme Flavien apparaissait au bout du couloir, il remettait paquet de cigarettes et briquet dans le sac à sa ceinture.
L'opérateur s'arrêta à quelques pas de lui et son regard passa de la porte fermée au scientifique, du scientifique à la porte fermée et refit le même trajet une seconde fois.
"Il y a qui là-dedans?
— Serge.
— Et ça?", demanda l'opérateur radar en pointant la cigarette que de toute évidence, le scientifique venait d'allumer.
"Cigarette post-coïtale", répondit Brad, l'air extrêmement sérieux, en lâchant une bouffée de fumée.
Flavien roula des yeux et se pencha pour lui enlever la cigarette, en profitant pour lui tapoter la tête d'un air condescendant. Il la jeta par terre et l'écrasa, fixant ensuite l'autre homme en secouant la tête.
Un moment passa.
"Ouais, bon, d'accord", admit le scientifique. "Je commence peut-être à manquer un peu d'inspiration."

Cafétéria – 18:23
"Ta-dam!", fit le scientifique en déposant un grand plat remplis de fraises sur la table.
Le pilote fit la moue.
"Des fraises? J'pensais qu'aujourd'hui on était le jour du pudding chômeur…", commença Bob en regardant les petits fruits rouges, complètement désappointé.
"Oui, euh… mais… euh…", commença Brad, cherchant une excuse plausible. "Mais on… on était back-order sur le pudding chômeur!", s'exclama-t-il finalement. "Et regardez Bob", continua-t-il en déposant un bol de sucre devant le pilote. "Je vous ai apporté du sucre que vous pourrez fraiser!"
Aussitôt, le visage de Bob s'illumina alors que celui de l'opérateur radar se renfrognait en voyant Brad déposer également des bols de chocolat fondu et de crème fouettée sur la table. Valence prit une grande inspiration et déposa sa fourchette sur la table.
"Brad, est-ce que ça va? Parce que quand vous vous êtes proposé pour faire le souper, j'ai évidemment fait prendre de l'anti-poison à tout le monde…" Le scientifique grimaça, insulté. "Mais étonnement, c'était délic… assez bon." Elle marqua une pause, le temps de renvoyer dans son dos une longue tresse. "Qu'est-ce qu'y va pas Brad?
— Ce qui va pas!? Si vous mangez pas, le chocolat va figer! Mangez, mangez!", incita-t-il avec un geste des mains.
Une fois que tout le monde eut pris sa part, Brad se servit à son tour et commença à manger son dessert, surveillant les autres du coin de l'œil. Bob était plongé dans son bol, autrement dit il était complètement dans un autre monde. Valence et le capitaine se nourrissait l'un l'autre avec des petits éclats de rire à peine étouffés. Et Flavien le fixait d'un regard mauvais. Ou complètement affamé, le scientifique n'était pas certain.
Il lui sourit en retour et trempa son index dans la crème fouettée. L'opérateur radar le fixa, un air de compréhension altérant ses traits. Il secoua la tête énergiquement, formant un 'non!' silencieux avec ses lèvres. Brad enfonça son doigt dans sa bouche, léchant avec une application suggestive la crème fouettée.
Le capitaine se tourna soudainement vers lui, le faisant presque recracher son doigt pour s'emparer de sa fourchette.
"Est-ce que les sondes que nous devons envoyer ce soir sont prêtes?"
Le scientifique hocha la tête, léchant rapidement la crème fouettée restée sur ses lèvres. Il avala et lécha ses lèvres une seconde fois, son regard toujours rivé sur Flavien qui semblait de plus en plus inconfortable. Brad tourna finalement la tête vers son supérieur.
"Nous pourrons les lancer en soirée. Flavien pourrait m'y aider… Histoire de vérifier leur module de communication une dernière fois. Pour être certain que tout fonctionne…
— C'est vrai", fit pensivement Charles en se frottant le nez comme à son habitude. "Mieux vaut prévenir que… que… d'arriver sans appeler. Flavien, vous et Brad lancerez les sondes ce soir après les avoir vérifiées une dernière fois.
— Mais… Capitaine! Je voulais aller en régénérescence!", s'exclama l'opérateur radar.
"Vous en êtes sorti avant-hier! Faudrait p't'être pas ambitionner sur le pain sacré!"

Salle d'entreposage des sondes – 20:39
Brad se pencha pour examiner la dernière sonde à envoyer, se couchant à moitié sur son couvercle métallique.
"Ah… On dirait qu'il y comme quelque chose de dévissé ici… Ouais", il s'inclina encore un peu, se déhanchant légèrement pour atteindre la plaque mal posée. "Juste là."
Il tâtonna en arrière avec son bras, effleurant de la main l'autre homme dans un endroit sensible avant de s'emparer d'un tournevis. Il ramena son bras et commença à remettre en place la pièce, en profitant pour bouger encore un peu, adoptant une posture qui aurait eu de la difficulté à être plus explicite.
Flavien passa un doigt dans le col de son t-shirt comme si soudainement il était beaucoup trop serré. Il se demanda si quelqu'un avait joué avec le chauffage du vaisseau, ayant l'impression que la chaleur était insupportable.
"Brad…
— Attendez! Unnngh…", fit le scientifique en s'étirant un peu plus. "Maudite pièce, c'est quoi l'idée de la mettre si… unghhh… loin?", continua-t-il, s'étirant encore.
"BRAD!", s'écria à nouveau Flavien avec une note d'urgence dans la voix.
L'opérateur radar le tira sauvagement en arrière par sa ceinture. Il l'encercla de ses bras, ses doigts se battant avec la fermeture-éclair de sa veste.
"Ha ha! J'ai gagné!", s'écria le scientifique pendant que Flavien lui arrachait sa veste. "Vous avez pas été capable de vous retenir!"
L'opérateur radar déchira le t-shirt de l'autre homme comme un enragé.
"Na na nèr… Heeey! Mon linge!", eut-il le temps de se plaindre avant que Flavien le retourne à moitié pour lui enfoncer sa langue dans la bouche.
Après un échange de salive aussi court qu'effrénée, ses mains se débarrassèrent de l'obstacle présenté par la ceinture et le tissu de pantalons et boxers. Il repoussa un peu brusquement le scientifique contre la sonde, écartant ses jambes d'un coup de genou. Sans plus de préambule, il fit le deuil de ses heures d'abstinence.

le jour suivant, Douche – 9:05
"Brad! BRAD! Sortez de là Brad! Ça fait vingt minutes que vous êtes sous la douche! BRAD!"
Flavien ouvrit brusquement la porte, furieux.
"Bob?", fit-il très poliment en se forçant à sourire. "Sac' moi donc TON CAMP!"

le jour suivant, Salle de repos – 9:09
Le capitaine Patenaude entra, sa tablette sous le bras, ayant en tête une liste de réparations mineures et de quelques améliorations qu'il voulait que Flavien l'aide à effectuer.
"Flavien, j'aimerais que…
— Gaspillez pas votre salive, il est pas ici."
Charles fronça les sourcils et se tourna vers le scientifique, assis dans sa couchette en train de lire pour la énième fois Domination Tyrannique Plus.
"Brad!? Mais qu'est-ce que vous êtes ici! Vous êtes en corvée de ménage pour toute la semaine!
— Plus maintenant", répondit l'autre homme nonchalamment, tourna une page. "C'est Flavien qui va le faire."
Il sourit en pensant qu'à ce moment même, Flavien devait le maudire, lui ou le pari. Possiblement tous les deux. Non parce qu'il se retrouvait l'exécuteur pendant une semaine de tâches ingrates, mais plutôt pour la clause en petits caractères que Brad avait pensé à ajouter à leur gageure. L'opérateur radar se retrouvait avec une interdiction de toucher au scientifique pour toute la durée de la corvée.
"QUOI!? Mais c'est en contradiction avec l'article 114 du règlement! Vous n'avez pas le droit de payer les membres d'équipage pour obtenir des faveurs personnelles!"
Le scientifique se leva d'un bond guilleret, jetant son livre sur sa couchette et ayant l'air particulièrement content de lui. Il s'approcha de son supérieur, sourire aux lèvres, en profitant pour exploiter leur différence de taille.
"Je ne l'ai pas payé. Il a perdu un pari.
— Mais c'est en contradiction directe avec… avec… avec quoi donc? Laissez-moi juste une p'tite minute, ça va nécessairement me revenir…", bredouilla Charles. "Merde, ça s'peut pas que ce qu'il fasse soit acceptable…", continua-t-il à mi-voix pour lui-même.
Brad dézippa le sac à sa ceinture et lui tendit le livre des règlements.
"Cherchez tant que vous voudrez, il n'y a absolument rien là-dedans qui interdit les défis entre membres d'équipage."

(septembre 2003)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://drakys.livejournal.com/
 
[OS][16+/R][slash] 24hours OPEN
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [AIDE] erreur [240] : file open
» quelle truck pour sous bois, chemin ? slash/e-maxx/e-revo !
» slash destiner a la drift
» raketa open heart (avec deux photos odieusement pillées à Alexandr2 du forum watch.ru)
» Bleach 307 - "Bite it, Slash it"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dug-fanfics :: La planète Fanfic :: La bibliothèque de Serge-
Sauter vers: