Dug-fanfics

Fanfictions
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 [FT] La chute du héros

Aller en bas 
AuteurMessage
caporal_minville
Maîtresse du Forum
avatar

Nombre de messages : 175
Localisation : Dans tes rêves
Date d'inscription : 12/02/2005

MessageSujet: [FT] La chute du héros   Sam 17 Sep à 10:04

La chute du héros

Auteur : Caporal Minville (ex meitantei caro )

Genre : Drame, Angst, song fic, Pov de Flavien

Rating : PG13

Disclaimer : Les personnages ne m’appartiennent pas :’(. Après cette histoire, remercions le ciel qu’ils appartiennent à deux autres maîtres super gentils et drôle . Les chansons ne m’appartiennent pas. Elles appartiennent à divers groupes ou chanteurs japonais. L’ordi que j’utilise ne m’appartient pas non plus… qu’est-ce que je dis là? Bien sur qu’il est à moi! Je ferais mieux de commencer à écrire


Note 1: L’histoire se passe après la série TV. Avez vous remarqué que dans le dernier épisode, Bob et Pétrolia sortent ensemble… moi non c’était juste pour savoir

Note 2 : Les traductions des chansons ont été prises de divers sites anglais et retraduite par moi. Entre-temps, plusieurs erreurs de traductions se sont peut-être glissées. Ah oui, les mots originalement en anglais ont étés conservés afin de ne pas enlever le sens de la chanson

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Chapitre 1 : Horizon (chanson de Hyde)

« L’objet de mes désirs
est de loin un mirage distant
Mon cœur craque, un désir qui fait mal
Si tu me tiens comme une chandelle
Je n’aurais pas besoin d’autre chose
Avant que je le sache mes sentiments écorchés
Criaient dans les sables éternels
Les yeux regardaient vers le haut, fixant le ciel
Regardant les flèches brillantes jusqu’à ce qu’elles partent»



Scène 1 : Dans la pièce du Jacuzzi


Bob et Pétrolia étaient ensemble dans le jacuzzi. Ils s’embrassaient et tout et tout [1]. Ils avaient laissé la porte entre-ouverte. Je passais par-là par hasard. Je n’avais pas besoin de cette scène, vraiment pas. Je ne voulais pas y croire, je fermais les yeux à la réalité. Ça semblais si impossible. Faut que je parte avant que je vire plus fou.

Scène 2, dans le corridor

Pourquoi Pétrolia m’a laissé pour Bob? Cette question me revient jour après jour. Je ne peux plus tolérer cette situation. Les jours passent et un goût de plus en plus amer s’empare de cette vie. Je ne veux pas. Je l’aime tellement… Pet? Pourquoi tu m’as fais ça? Ne vois tu pas mon cœur qui ne bat que pour toi? Ce même cœur qui semble vouloir s’arrêter depuis que tu ne veux plus rien savoir de moi? Si tu pouvais me répondre pourquoi, si je pouvais te le demander aussi. Des fois je me dis que j’aurais dû rester sur Terre pour ne jamais avoir vécut ça. J’aurais du rester chez-moi, à rien faire de mes journées. J’aurais du faire parti des 2 milliards d’humains morts depuis notre départ. J’aurais même jamais dû naître. Ne suis-je qu’un idiot à tes yeux?



Si on s’était rencontré dans des jours calmes…
J’aurais voulu me réveiller en me disant ‘’ ce n’était qu’un rêve ‘’
Depuis combien de temps est-ce que je t’attends?
Il n’y a rien ici sauf la douleur.




« Briefing dans la salle de visionnement.»

Comme si j’avais besoin de ça. Ces jours-ci, même l’idée de recommencer l’humanité seulement nous 7 me dégoûte.


Scène 3, salle de visionnement


« Mes amis, nous approchons d’une galaxie nommée Dinde 24, merci à Bob pour l’idée. Dans environ 4 jours, nous serons à sa porte. D’ici là, je demanderais de vous reposer car cette galaxie contient plusieurs planètes et nos rapports de sonde ont repéré plusieurs planètes potentiellement habitables. Vous aurez besoin de toutes vos forces. D’ici là, au repos. »

Tout le monde partit (moi compris) après le speech du capitaine. En me retournant, celui-ci me touche l’épaule.

- Est-ce que tout vas bien, Flavien? Ça fait quelques jours que je vous sens plus distant. On dirait que vous avez perdu toute motivation.
- C’est le stress et la fatigue, mentis-je. Après une bonne nuit de sommeil, tout va revenir à la normale.
- Écoutez, si j’étais vous, j’irais voir Valence deux minutes. Vous savez, elle est lié avec le secret professionnel.
- Vous iriez consulté pour une thérapie?
- Non, moi ce serais plutôt pour jouer à « vient icitte ma cochonne », quoique je vous conseille d’aller vider les crottes que vous avez sur le cœur.
- Oui capitaine.

Le capitaine le cache aux autres membres de l’équipage mais en fait il est un obsédé. Il m’a déjà raconté quelques expériences qu’il a fait plus jeune. C’est de quoi quand même. À part ça c’est quelqu’un de rationnel et fiable. Je vais suivre son conseil. Je ne vois pas en quoi ma situation pourrait empirer.


Scène 4, bureau de Valence Leclair, Psychologue



« Le soleil qui m’aveugle brille
comme s’il voulait brûler mon cœur de glace.
Les yeux regardaient en haut fixant le ciel
Regardant les flèches jusqu’à ce qu’elles partent »



- Le capitaine m’a confié que tu n’allais pas bien. Qu’est-ce qui se passe, mon beau Flavien.
- Pas grand chose…
- Écoute, tu peux tout me confier.

C’est drôle, le regard maternel de Valence m’a toujours rassuré. Peut-être parce que je n’ai jamais eu de vraie mère, aillant voyagé d’une famille d’accueil à l’autre. Comme si c’était la projection d’un désir lointain, celui d’avoir une mère affectueuse. Sans savoir pourquoi, je me suis senti plus serein et j’ai commencé à lui raconter ma situation. Des larmes ont commencé à couler de ma joue en lui exprimant la douleur que j’éprouvais. Elle me serra dans ses bras, comme une mère l’aurait fait. C’est tellement réconfortant.

- Que dois-je faire maintenant?
- Dire ce que tu ressens à Pétrolia.
- Et si ça ne fonctionne pas?
- Il va falloir que tu l’oublies.

En entendant cette phrase, je me libérai de son étreinte et la regarda d’un air troublé. Oublier Pétrolia? Comment? Je l’aime tant, jamais je ne pourrai. À l’idée de l’oublier mon cœur frappe. Mes yeux trahissent ma pensée et Valence me dit :

« Il va falloir que tu sois brave Flavien et que tu n’aies pas peur de pleurer.»

Je la remercia, essuyai mes larmes et je quitta la pièce. Cette visite m’a fait du bien et je suis maintenant plus convaincu de ce que je vais devoir faire. J’allai me coucher, un peu plus positivement qu’hier.




Horizon rises here in my heart (l’horizon se lève ici dans mon coeur)
A sound of silence calls (le son d’un distant appel)
But in my heart a distant hope (mais dans mon coeur, un espoir distant)
Is mine forever more (m’appartient pour toujours)
Les yeux regardaient en haut, fixant le ciel
Regardant les flèches avant qu’elles partent.




Notes:
[1] Non, pas de lemon dans ce chapitre, c’est trop tôt




vous avez aimé? une tite review please

_________________
La gang de minuit le soir!
Marc: rambo
Gaétan : viking
Louis : batman
Fanny: queen
Yan: Twisted Evil


Dernière édition par le Sam 17 Sep à 10:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
caporal_minville
Maîtresse du Forum
avatar

Nombre de messages : 175
Localisation : Dans tes rêves
Date d'inscription : 12/02/2005

MessageSujet: Re: [FT] La chute du héros   Sam 17 Sep à 10:06

Chapitre 2 : Emu ~ for my dear (Gackt)




J’étais très ravi de t’avoir rencontrée
Et j’avais peur que l’on se quitte
J’ai regardé profondément tes yeux
Sans savoir ce qu’il y avait

Des millions de souvenirs deviennent juste des visions pour moi
Je t’aurais pour toujours
Je regarde toujours aussi profondément tes yeux
Avec le même amour





Scène 1, dortoir des gars


Ça fait deux jours depuis ma rencontre avec Valence. J’ai passé toute la journée d’hier à écrire ce que je pourrais bien dire à Pétrolia. Les mots ne semblaient pas pouvoir décrire se que je voulais lui dire. De plus, j’étais effrayé à l’idée de l’inviter. Je me suis finalement déniaisé tantôt, je lui ai chuchoté de venir me parler en privé dans le dortoir vers 10h. Il est présentement 9h45. Ça fait une demi-heure que je suis dans le dortoir. Je suis assis sur mon lit en griffonnant encore quelques mots. Insatisfait, je jète ce brouillon dans la poubelle. Je réussirai bien à lui dire ce que je veux lui faire savoir sans ça.




Ton sourire que j’avais l’habitude de voir n’était pas éternel
Quand je ferme les yeux, tu disparais dans mes bras.





Je me couche sur mon lit et je pense. Je ferme les yeux et je vois Pétrolia dans mes bras. Je la serre encore plus fort pour ne pas qu’elle parte. J’ai peur qu’elle parte. Je sens en rêve encore le parfum de son shampoing, ses doigts dans mon dos, mes mains relevant son gilet… [1]

« On ne devrait pas Pétrolia…»
« Oui, on devrait.»

Sa voix chuchotée dans mes oreille me fait trembler. Ça a tellement l’air réel.




Je veux t’embrasser encore une fois
Je n’oublierai jamais l’heure et le lieu où je t’ai rencontré.




Heureux pour une fois, je me laisse plonger dans mes pensées, oubliant tout le reste, jusqu’à ce qu’une voix me fasse sursauter :

« Que voulais tu me dire, Flavien?»

Je fige. C’est comme si quelqu’un de malveillant avait pesé sur pause [2]. Je resta ainsi durant quelques minutes, la contemplant.

« Youhou? Dors-tu debout, Flavien? »

Je ne savais pas quoi lui dire. Je décida de me laisser guider par mon instinct et je lui dis :

« Tu sais Pétrolia… euh, je ne suis plus capable de te voir avec Bob. Je t’aime tellement. »

Ses yeux avaient l’air triste, je récita quelques paroles de la chanson Emu ~ for my dear pour la consoler ou convaincre, je ne sais plus…



« Je n’ai regardé que toi
Je t’ai regardé autant que je le voulais
Aujourd’hui encore, je te regarde
Avec le même amour. »



Elle me lança un léger sourire, se retourna et elle partit.




Le sourire que je pouvais voir était triste
Quand je ferme les yeux, tu te transforme en rêve et tu disparais
Je veux t’embrasser encore une fois
Je n’oublierai jamais l’heure et le lieu où je t’ai rencontré.




Je tombai à genoux, sachant que le plus dur serait à venir. Sa fuite voulait-elle dire que Pétrolia ne m’aime donc plus. J’ai mal. Vous ne pouvez pas imaginer. Mes larmes tombent sur le plancher gris, donnant des petits cercles noirs sur celui ci. Je ravalai ma salive et essayai d’un coup mes larmes et pensa :




Je ne t’oublierai jamais.






[1] Je devrais peut-être tenter un lemon… non pas tout de suite.
[2] C’est peut-être moi qui ait appuyé . Bon je ferais mieux de recommencer à écrire

_________________
La gang de minuit le soir!
Marc: rambo
Gaétan : viking
Louis : batman
Fanny: queen
Yan: Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
caporal_minville
Maîtresse du Forum
avatar

Nombre de messages : 175
Localisation : Dans tes rêves
Date d'inscription : 12/02/2005

MessageSujet: Re: [FT] La chute du héros   Sam 17 Sep à 10:07

Chapitre 3 : Zakuro (Dir en Grey)

Note de l’auteur : J’adore cette chanson. Je crois que Zakuro veut dire blessure. Je ne suis pas sure. En tk, il faut vraiment que vous l’entendiez. Elle est super émouvante et je pleure à chaque fois que je l’entends et ce n’est rien à côté de l’émotion qu’elle contient dans les dvds de concerts de Dir en Grey. Cette chanson seule pourrait faire le chapitre mais comme je ne suis pas lâche à ce point… Ah oui, j’oubliais, la traduction vient d’un site. Je ne me rappelle plus lequel mais je vous donnerai l’adresse quand je la retrouverai.








Une voix criant ton nom
Elle ne te parviendra sûrement pas ma voix






C’est l’après midi. J’ai sauté un repas. Je marchai dans le corridor, avec nul part où aller. J’ai pensé à aller voir Valence. Quand je suis arrivé, le bureau était fermé. C’est samedi, le jour de congé. Le bureau ne sera pas ouvert avant lundi. Cette idée me répugna. J’allais retourner dans le dortoir quand soudain j’ai vu Pétrolia.

Elle me demanda comment j’allais. Je lui lança un sourire triste, traduisant tout.




Mais pour l’instant je vais bien
Un jour dans mon cœur tu vas…





Elle allait pour dire quelque chose mais Bob arriva immédiatement et me dit : « Pis mon Flavien! On se fait tu une game de hockey sur table ce soir?». Je lui répondit que j’étais trop fatigué. Je me retourna et entra dans ma chambre. J’alla me coucher dans mon lit. Je fermai les yeux et m’endormit.




Mon rêve, il est trop cruel et frustrant. Pétrolia et moi étions sur une plage, en costume de bain. Je fermais les yeux, savourant le soleil sur mon corps. Je senti une main me toucher le ventre. C’était Pétrolia. Elle me regarda intensément et me dit « Si tu savais comme j’ai le goût de toi Flavien». Elle me touchait presque partout et devenait de plus en plus entreprenante. Je dégustais la sensation que me procurait ses mains [2]. Soudain tout s’arrêta. J’ouvris les yeux. Je ne voyais plus Pétrolia près de moi. Je me levai et j’entendis une voix en arrière de moi. Je me retourna et je vis Pétrolia faire les mêmes choses avec Bob, le temps semblait aller au ralenti.





Le temps est trop long
Le temps est trop douloureux
Le rêve ne s’arrêtera pas
Mon amour est glacé, mort
En cette froide soirée
En cette longue nuit




Je criai, lui disant d’arrêter, que ça me tuais. Elle ne s’arrêta pas. Je criais encore plus fort. Je sentais que mon être entier allait exploser, que ma tête allais se déchiqueter. Je me suis réveillé.




Ma conscience m’est arrachée
Devenant de minuscules morceaux
Mes souvenirs se dispersent
Ta bague [3] je la serre aussi fort que je peux
Mes larmes trempent mon oreiller




J’entendis ta voix, dehors. Je n’avais aucune idée de se que tu disais mais j’étais heureux de l’entendre. J’étais toujours un peu secoué de mon rêve. La porte s’ouvre. Je te vois embrasser Bob. La douleur retourne en moi. Merde. Je sens l’aggressivité monter.




Comme si j’étais devenu sourd bloquant mes oreilles
Ta voix…





Quand j’étais jeune, j’ai souvent été laissé pour compte dans des familles d’accueil. Je m’en rappelle d’une en particulier où la seule chose que j’avais était de la nourriture et un lit. Je n’avais pas le droit à un mot ou à un souvenir. Je me rappelle aussi qu’à cette époque, j’avais tout fait pour avoir leur attention. Je m’étais même mutilé les bras avec mes propres ongles. Je ne sais pas pourquoi mais c’était comme si ça me délivrait. Je refis avec ma main droite ce mouvement qui me semblais si famillier et délivrateur.



La cicatrice sur mon poignet
Grandissant une fois de plus
Se mêlant à la plaie toi




L’aggressivité baissa rapidement. Je la satisfaisais en me défoulant sur moi-même. J’allais tellement mieux. Mais soudain je revis la photo. La peine me ravagea encore plus. Les idées noires reviennent vite dans mon esprit.




Je suis détruit la photo brûlée [4] partant en cendre
Je suis détruit mon cœur détruit partant en cendre
Je suis détruit je t’ai perdue je t’aime



[1] Originalement, c’était le mot lettre mais je l’ai remplacé par photo parce qu’il rentrait mieux dans le contexte

[2] Pas besoin d’un dessin, ça devient presque du lemon ce rêve là. Obsédé de Flavien

[3] Mettons que Pétrolia a laissé tombé sa bague dans le chapitre précédant. Je suis trop lâche pour changer le mot

[4] encore le mot lettre remplacé par le mot photo

_________________
La gang de minuit le soir!
Marc: rambo
Gaétan : viking
Louis : batman
Fanny: queen
Yan: Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
caporal_minville
Maîtresse du Forum
avatar

Nombre de messages : 175
Localisation : Dans tes rêves
Date d'inscription : 12/02/2005

MessageSujet: Re: [FT] La chute du héros   Sam 17 Sep à 10:08

Chapitre 4 : Tsumi to Batsu

Note : Le titre veut dire Miel et Salive mais si on retourne le titre ça fait Tsumi to batsu qui veut dire crime et punition. Originalement, j’avais les paroles de la chanson dans ce chapitre mais j’ai trouvé que Flavien avait l’air trop méchant avec. Le vrai chapitre était un chapitre de viol mais je l’ai vraiment coupé car il était beaucoup trop dur. Je me demande même de quel droit je pouvais torturer autant Flavien et Pétrolia. Anyway, voici la nouvelle et définitive version.




Elle était dans l’armoire à balai. Elle tremblait. De peur ou de désir, je l’ignorais. La porte était barrée. Comment ai-je pu en arriver là? Ce n’est pourtant pas mon genre.

J’étais dans tous mes états quand je suis sorti de mon dortoir. J’étais insatisfait du à mon rêve, et le désarroi avait peint mon âme en noir. C’est là que j’ai vu Pétrolia. Elle patentait quelque chose. Elle s’est retournée et me regardant avec encore un air triste. Je l’ai serré contre moi et je l’ai embrassé. Elle n’a pas changé, m’a poussé et me dit :

« Arrête ça, s’il-te-plait. Je sors avec Bob, tu sais…»

Ma tête et mon cœur déjà bouleversés, je n’ai pas accepté ce refus. Je l’ai tiré par le bras et je nous ai enfermé dans l’armoire à balai. Je lui murmurai :

« Si tu savais combien je te veux… Si tu savais…»

Ma main se promenait sur sa cuisse, sur le bord de sa jupe. Elle dit encore :

« Pitié, non! Bob…»

« Bob ne peut nous voir ici et naïf comme il est, il ne le saura jamais. Juste une fois…»

J’essuya un autre refus. C’en était trop. C’est la première fois que je ressentais autant d’agressivité, de désir et de confusion. Une voix surpassa ma conscience et me dicta quoi faire.

Je l’embrassais et la touchait. Elle arrêta de protester et se laissa aller. Et puis, sans préavis, je me réveilla. J’arrêta immédiatement [1]. Comme si on avait appuyé sur power. Pétrolia me regardait, étrangement…

« Je suis désolé Pétrolia. Pardonne-moi. »

Et je parti en courant. Mes larmes tombaient par terre. Elle me regarda partir. Pourquoi ai-je voulu faire ça? Pourquoi? Ce n’est pourtant pas moi. Je ne comprends pas. Le capitaine passait par là. Il me regarda et regarda Pétrolia. Il ne comprenait visiblement pas. Je m’en fous. Jamais je ne me pardonnerai ce que j’ai fait. C’est trop horrible.

Je me couchai sur mon lit, je pleurais. J’ai déjà perdu le contrôle et fait des choses très méchantes que j’avais regretté mais à ce point là, jamais. Je finis par fermer les yeux, essayant d’oublier mes actions.

Vers 20h45, je me réveilla. La porte du dortoir venait de s’ouvrir. Je fit mine de dormir. J’entendis une douce et mélodique voix me dire : « Tu ne m’as pas donné ce que tu me devais.». Pétrolia, serait-ce toi? Non je ne le crois pas. C’est trop… impossible.

Sa main jouait dans mes cheveux, je sentis ses lèvres contre les miennes…

« Minute! Et Bob, lui?»

« Y viens de casser, Valence dit qu’il s’attache plus aux personnes qu’il ne pourrait jamais avoir alors il a comme perdu intérêt à être avec moi…»

Je la serrai plus fort contre moi. Je n’ai jamais été plus heureux dans ma vie. On s’est longuement embrassés. Ses mains devinrent de plus en plus baladeuses, s’arrêta un moment sur un point sensible. La porte s’ouvrit à se moment alors Pétrolia retira sa main [2]. Merde! Le capitaine entra en disant :

« 21 heures, le couvre-feu entre en vigueur. Les demoiselles sont priées de reprendre leur appartement et de revenir jouer avec les messieurs un autre jour. Allez vite vous coucher pour ne pas être fatiguée pour explorer la planète demain. »

Et il partit. Stupide couvre-feu.

FIN!!!


[1] Une autre tentative ratée… Je suis paresseuse, ne?

[2] Wow! Je sais comment décevoir les lecteurs. On était proche, n’est-ce pas?

_________________
La gang de minuit le soir!
Marc: rambo
Gaétan : viking
Louis : batman
Fanny: queen
Yan: Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
caporal_minville
Maîtresse du Forum
avatar

Nombre de messages : 175
Localisation : Dans tes rêves
Date d'inscription : 12/02/2005

MessageSujet: Re: [FT] La chute du héros   Sam 17 Sep à 10:11

Il y avait un autre chapitre mais je veux me servir de la toune dedans plus tard alors si vous voulez le lire, allez sur http://s4.invisionfree.com/dugpdcv/index.php?showtopic=1316&st=15

_________________
La gang de minuit le soir!
Marc: rambo
Gaétan : viking
Louis : batman
Fanny: queen
Yan: Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [FT] La chute du héros   

Revenir en haut Aller en bas
 
[FT] La chute du héros
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Del Toro, Guillermo et Hogan, Chuck] La chute
» chute d'eau dans du lait
» [Terminé] La Chute...
» [Film] La chute
» LA CHUTE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dug-fanfics :: La planète Fanfic :: La bibliothèque de Serge-
Sauter vers: