Dug-fanfics

Fanfictions
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 (FT) Les vraies pensées, G

Aller en bas 
AuteurMessage
Dino
Fanfickeur(euse)
Fanfickeur(euse)
avatar

Nombre de messages : 366
Localisation : Une ville qui à fait la guerre entre Lachine et les États-Unis
Date d'inscription : 23/07/2005

MessageSujet: (FT) Les vraies pensées, G   Lun 1 Aoû à 14:55

Chapitre 1, Le rêve
Bob
Je suis dans la salle de commandement. Je mange des pogos. Tout l’équipage est là. Pendant que je mets du ketchup sur une autre saucisse sur bâton enrobé d’une délicieuse pâte, une grande lumière inonde la pièce. Puis, une voix que je ne connais pas parvient à mes oreilles :
-Steve avait raison. Vous devriez repeindre ça en bleu.
Pis là, pouf! Je me réveille.
-Ah, shit!
J’ai encore bloqué à même place. Pour la troisième fois. Ça va bientôt arriver…

Je me lève et j’avertis le capitaine. Il me regarde.
-Ah! On va bientôt avoir de la visite.
Il sourit, je l’imite.
-Retournez donc vous coucher, Bob. On a une grosse journée devant nous, demain.
-Oui capitaine.

Chapitre 2, Le repas
Brad
-Une semaine plus tard-
On dîne, toute la gang. Ah, pauvre de moi. Encore une fois pogné avec eux. On mange des pogos. C’est Bob qui a insisté pour faire le dîner. Vraiment, si ce serait pas que je suis pas tout seul, je me mettrais à chanter. « Découragé, je suis au désespoir ». Serge, lui, il mange un sandwiche aux trente sous. Le chanceux! J’aime pas ça, moi, les pogos! En fait, il n’y a qu’une manière que j’aime ça. Et cette manière fait que Pétrolia me regarde croche pas mal trop à mon goût.
-Quoi? fis-je d’un ton agressif.
-Vous trempez vos pogos dans de la mayonnaise?* répond-elle d’un ton dédaigneux. Ouache!
-Vraiment dégueulasse, ajoute Bob pour la soutenir.
Je décide de me taire. Il peut ben parler, lui! Il met du ketchup sur son trentième pogo.

Au même instant, y’a une lumière blanche dans toute la salle.
-Coup donc, dit le capitaine. Y’as-tu quelqu’un qui veut nous rendre aveugle?
-On dirait, répond Flavien.
Moi, j’vois plus rien. Sauf la forme d’un humain dans la lumière. Puis, la forme parle :
-Steve avait raison. Vous devriez repeindre ça en bleu.

Après, la lumière disparaît. Je vois un homme aux cheveux et à la barbe longs. Comme Dumbledore dans le premier Harry Potter, mais, en plus frisé, si ça peut vous aider à vous le représenter. Sa crinière est entièrement blanche, signe qu’il est vieux. Qui est-il?



*Moi aussi j’aime ça. Mon cousin, lui, c’est dans ses hot-dog qu’il met de la mayo… et du Ketchup!


Dernière édition par le Mar 23 Aoû à 17:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dino
Fanfickeur(euse)
Fanfickeur(euse)
avatar

Nombre de messages : 366
Localisation : Une ville qui à fait la guerre entre Lachine et les États-Unis
Date d'inscription : 23/07/2005

MessageSujet: Le bon yieux, chapitre 3   Lun 1 Aoû à 14:56

Chapitre 3, Le bon yieux
Valence
Je regarde le vieux bonhomme. Son visage me rappel quelqu’un. Je réfléchis. « Steve avait raison. Vous devriez repeindre ça en bleu. » Il fallait que le Steve en question soit déjà venu dans notre vaisseau pour savoir ça. Or, le seul Steve qui avait mit les pieds à bord c’était…
-Le yiable? Vous connaissez le yiable?
Le bonhomme me regarde.
-Ben oui.
-Pis vous êtes qui au juste, demande Charles, notre vaillant capitaine.
-Je suis Yavé, Dieu, le Père, le créateur du monde, le bon Yieux. Mais mon vrai nom, c’est Mario.
-Mario, répétais-je, assez bas pour qu’il ne m’entende pas.

-Hum, s’usez, intervient Flavien, mais si vous êtes le bon yieux, comment ça que le yiable vous a dit que la couleur était à changer.
-Satan, répond le bon yieux, c’est mon meilleur ami*. On se chicane pas pour de vrai.

Le bon yieux fait ensuite quelque chose qui m’étonne. Il enlève ses cheveux et sa barbe. C’était une perruque! Pis là, je reconnais la face de…
-Ça se peut pas, dit Brad. Dieu peu pas avoir la face de Flavien!**
Eh oui. Il était pareil comme Flavien, sauf qu’il portait une sorte de longue robe blanche.
-Sur que ça se peut, répond le bon yieux en mettant les lunettes qu’il sortait de sa poche. Ah quoi tu t’attendais. Non, moi, la longue barbe pis les cheveux blanc, chu ben de trop jeune pour ça. Chu un p’tit brun laid à lunette pis j’ai créé l’homme à mon image.
-Ben là, fait Flavien.
-C’est vrai que c’est pas fin d’insulter la race humaine.
-C’est pas ça, précise Flavien. C’est qui vient de dire qui est laid pis on se ressemble trop! En d’autres mot, il vient de me traiter de petit laid brun à lunette!
-C’est pas vrai, dit Brad.
On le regarde tous croche. Brad qui soutient Flavien?
-Flavien porte des lunettes juste quand il manie le radar.
Fiou. On est rassurés. Parce que un Brad qui est gentil…

Le capitaine change de sujet.
-Mais en quel honneur pouvons-nous recevoir le bon yieux en personne?
-Je vous met au défi, répond Mario. Vous devrez dire ce que vous pensez des autres membres d’équipage pour de vrai, au fond de votre cœur. C’est Flavien qui commence.
Tout le monde regarde Flavien. Il ravale difficilement sa salive.


*Vous vous attendiez pas à ça, hein?
**Un tit bonjour à un show d’humour que j’ai vu à la télé ou Claude Legault était déguisé en Dieu et ou il avait enlevé sa tite perruque blanche pour faire son speach.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dino
Fanfickeur(euse)
Fanfickeur(euse)
avatar

Nombre de messages : 366
Localisation : Une ville qui à fait la guerre entre Lachine et les États-Unis
Date d'inscription : 23/07/2005

MessageSujet: Les vraies pensées   Lun 1 Aoû à 14:59

Chapitre 4, Ce que le bon gars dit
Flavien
Ah ben gars donc. C’est moi que le bon yieux à choisis. Il me regarde avec des yeux sévères. Avant de commencer, je pose une question.
-Si on gagne notre défi, toute la gang, on gagne quoi?
-Vous verrez en temps et lieux, répondit le bon yieux. Mais je pense pas que vos réussissiez. Brad voudra jamais parler.

Tout l’équipage, on fait des gros yeux à Brad, mais il n’a pas l’air de s’en apercevoir. Il est trop occupé à faire des gros yeux au Créateur. Le bon yieux est apparemment tanné d’attendre après moi. Il veut que je prennent la parole.
-Quessé t’attend pour parler? Mon fils?
Dans ma tête, je me dis « de quessé ». Les autres aussi ont l’air de penser ça. Étant bon, le bon yieux reprend pour nous, pauvres mortels.*
-Quessé t’attend pour parler? Le messie?
-Ah, avons-nous dit tous en même temps, venant de comprendre.

Tout le monde me regarde. Je commence à parler.
-Moi, je trouve que Pétrolia est la plus cool de filles au monde. Elle est un peu naïve, mais est tellement fine, imaginative, débrouillarde…
Je sort un petit dictionnaire de ma poche et je l’ouvre sur une page au hasard. Puis, je dis tout ce qui est bien qui est écrit dedans.
-…spontanée, sportive…
-Ouen, ça va, m’interrompt Dieu. (Ça fait drôle à écrire, ça.) On a compris le message.

-Bon, OK, repris-je. Pour Serge, je trouve que c’est un robot très brillant, très drôle, super sympathique… mais pas vraiment solide physiquement.
-Je me construit pas moi-même, fait l’androïde. C’est pas de ma faute.
-Je sais ben, le dis-je pour le rassurer.
-Continuez donc, monsieur Bouchard, intervient le bon yieux.

Je continu donc à dire ce que je pense.
-Le capitaine, c’est mon modèle. Il est peut-être un peu colérique, mais je le considère comme mon père. C’est mon modèle. Je pense de lui ce que le p’tit gars de quatre ans pense de son pôpa qui vient de gagner une compétition de Go Kart.

Je prend une grande respiration. Je pense que j’ai tout dit de lui, Il faut passer à quelqu’un d’autre, asteure. J’ai tu hâte d’avoir fini, moi!
-Valence, elle, c’est vraiment une psy hors-pair. Mais hé que ses analyses son compliquée à comprendre! Une chance qu’est assez gentille pour traduire pour nous autre. Si on a besoin de quelqu’un, Valence est toujours là pour nous comprendre pis nous aider.
-Merci, fait Valence. Heille, c’est vraiment touchant. On se croirait dans un téléthon, mais pas plate!

Je souris à cette remarque. Il me reste Bob à faire. Je commence à faire son éloge.
-Mon meilleur chum… Y’é tellement niaiseux des fois qu’il est le gars le plus drôle au monde. On fait les pires coups ensemble. Y’a toujours des bonnes idées. Souvent sans rapport ou pas super brillante, mais toujours bonne quand même. Voilà qui fini mon discourt.

Le bon yieux se tourne vers moi. Il me fait un regard qui me fait comprendre que j’ai intérêt à faire Brad aussi. À faire Brad et à dire toute la vérité. Je prend une grande respiration.
-OK, m’a faire Brad aussi. Pis en disant toute la vérité. C’est un bon scientifique. Quand y’a une idée dans tête, c’est dur d’y enlever. Mais par exemple, je suis sûr qu’au fond de lui, il doit ben avoir un bon gars. Lindâ nous l’a prouvé!
-Lindâ? répète Brad.
-Tu peux pas comprendre, lui fis-je comme réponse.

Enfin, mon tour est fini!



*Connaissez-vous des livres ou des films, vous, ou Dieu est méchant?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dino
Fanfickeur(euse)
Fanfickeur(euse)
avatar

Nombre de messages : 366
Localisation : Une ville qui à fait la guerre entre Lachine et les États-Unis
Date d'inscription : 23/07/2005

MessageSujet: Les vraies pensées   Lun 1 Aoû à 15:01

Chapitre 5, Parole de capitaine
Capitaine
Flavien a fini de dire le fond de sa pensée. Le bon yieux se tourne vers moi. J’ai compris le message. C’est mon tour. Je commence.
-La première personne que je vais nommer est ma merveilleuse Valence. Si douce et si courageuse. Mais, franchement, son talent de cuisinière… À part ça, elle parfaite à mes yeux!

Une personne de fais. C’est pas si dur, finalement. Je continue.
-J’ai la chance d’avoir un scientifique modèle de carrière, mais pas de personne. Un gars brillant, mais pas super attachant. Mais je sacrifierait pas sa vie. Pas plus que celle d’un autre membre d’équipage.

Et de deux! Une chance que personne me coupe la parole.
-Il faut dire que le duo Flavien/Bob est unique en son genre. Si vous êtes un réalisateur pis que vous voulez faire une comédie, faites leurs biographies! Il sont aussi maladroit un que l’autre. Mes deux boute-en-train de l’équipage. Si je considère Flavien comme mon fils, je considère Bob comme mon dégustateur de pogos professionnel. Ça paraît niaiseux dit de-même, mais c’est un signe de grand respect.

J’ai réussi à en faire deux d’un coup. Pis je peut faire la même chose pour les deux qui me restent à faire.
-Pétrolia et Serge… Ce fut un plaisir pour moi de vous accueillir à bord. Vous êtes pratiquement identiques. Si sûr de vous, si créatifs… Un honneur pour moi de vous connaître. Pétrolia est cependant un peu têtue, et Serge pas très solide physiquement. Mais personne n’est parfait, han.

Le bon yieux hoche la tête.
-Merci capitaine Patenaude. Passons maintenant à…
-Attendez, le coupais-je. Je viens de penser quelque chose. Pourquoi vous nous donnez ce défi?
-Parce que j’ai quelque chose pour vous. Mais je ne peut pas vous le donner gratuitement.

Je réfléchis. Quel est ce quelque chose? La planète? Un moyen de se débarrasser de Brad? Autre chose?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dino
Fanfickeur(euse)
Fanfickeur(euse)
avatar

Nombre de messages : 366
Localisation : Une ville qui à fait la guerre entre Lachine et les États-Unis
Date d'inscription : 23/07/2005

MessageSujet: Les vraies pensées   Lun 1 Aoû à 15:02

Chapitre 6, Ce que le chien sal pense
Brad
Le bon yieux se tourne vers moi. C’est mon tour. Non!!! Pas déjà! Mais je suis bien décidé à le faire. Lui prouver, à lui et aux autres, que je suis « game » de le faire. Je prend une grande respiration.
-Bon, on dirait que c’est mon tour, dis-je.

Je prend mon temps, les mots sortent difficilement de ma bouche. C’est plus dur pour moi que pour les autres. Moi, il faut que je révèle mes secrets, presque tout ce que je dirais, ce sera un secret de dévoilé de plus. Finalement, je commence.

-Premièrement, je vais parler de Valence et du capitaine. Ils… Ils sont tellement cute, ensemble. Dans le dictionnaire, ils devrait mettre leur photo à côté du mot « bonheur ». Le capitaine… le capitaine il fait son travail mieux que personne. Pis Valence, est… est vraiment ostineuse. Ben… elle a une tite victoire là. C’est pas ça qu’à voulait que j’y raconte, mais, elle entend quand même le fond de ma pensée.

Je ravale ma salive. J’observe la réaction du capitaine et de Valence. Ils sourient.
- Serge… Serge y’é vraiment une belle invention. Si c’est pas qui pète aux deux minutes… Pétrolia à fait une belle job dessus. Elle est peut-être ben immature, mais la majorité de ses inventions son ben faites. Elle devrait les envoyer à une compagnie qui les mettraient sur le marcher. Elle deviendrait millionnaire. Si elle envoie pas ses idées à Spitfire corporation, bien sûr. Ça gâcherait tout son talent.

Les autres me regardent croche. Ils sont étonné que je parle de-même de l’usine de mon père. Pétrolia à l’air ravie. J’en suis ben content. Je fais un petit sourire gêné puis, je continue.

-Enfin, y’a Bob pis Flavien. Bob, y’é tellement niaiseux qui en est drôle. Y’a des bizarres de goûts pour la bouffe, par exemple. Pis Flavien… C’est vraiment un bon gars, Flavien. Si ça va mal, il va sortir un commentaire qui va nous remonter le moral, sans même qu’il l’aie voulu. Mettez les deux ensemble, pis Sacré Andy* va avoir l’air d’un débutant! Y’ont vraiment beaucoup d’imagination pour jouer des tours.

Je tourne la tête vers eux. Ils regardent leurs lacets comme si ils étaient fascinant. Je pense qu’ils se sentent coupable un peu. Je sais pas pourquoi, pas exemple…

En tout cas, ça fait du bien de se vider le cœur. Parole de chien sal!



*Pour ceux qui ne le connaissent pas, Sacré Andy est un gars de l’Alberta qui se considère comme le meilleur joueur de tour au monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dino
Fanfickeur(euse)
Fanfickeur(euse)
avatar

Nombre de messages : 366
Localisation : Une ville qui à fait la guerre entre Lachine et les États-Unis
Date d'inscription : 23/07/2005

MessageSujet: Les vraies pensées   Lun 1 Aoû à 15:04

Chapitre 7, La thérapie de la psy
Valence
Brad vient de finir de parler. Je sais enfin ce qu’il pense de nous. Je viens de comprendre. Tout ses coups bas, c’est du respect et de l’affection, aussi étonnant que ça puisse paraître. Même moi, j’ai jamais vu ça. Peut importe. Le bon yieux me regarde. On, non. C’est à moi, on dirait. Charles prend ma main.
-Vas y Valence. T’es capable.

Je lui sourit. Je commence par Pétrolia.
-Pétrolia, ma meilleure amie. La seule autre fille du vaisseau. Elle, a pas la langue dans sa poche. Elle a toujours une bonne idée. Elle est vraiment créatrice. Je suis heureuse de la connaître. Tout comme Flavien. Insécure, mais tellement bon gars. Il a un cœur en or. Il fait vraiment une bonne équipe avec Bob. Pas étonnant. Bob aussi, c’est tout un numéro. C’est le plus grand mangeur au monde. C’est peut-être pas Einstein, mais c’est pas grave. Y’é assez fin pour compenser.

Je regarde Charles. Il me sourit. Mon Charles. Que dire de lui.
-Le capitaine est merveilleux. Y’é pas capable de dire un proverbe comme faut, mais c’est pas ben grave. Ça fait des expressions tellement… drôle après. Il est tellement protecteur. Pis il sait quoi faire au bon moment. Tout comme Serge. Serge. Tout une invention, ça. Il faudrait le bâtir plus solide. Mais c’est un robot très réussis. Pis finalement, Brad. Lui, je le trouve tellement mystérieux. J’ai pas encore réussi à le comprendre. Mais j’ai hâte de le faire. Le jour au il aura une blonde, elle sera pas déçue. Parce qu’en plus d’être brillant, il frenche super ben.*

Je regarde Charles. Il me fait de gros yeux. Je le rassure d’un baiser.

Je regarde Brad. Il fixe le plafond et a les joues un peu rouge. Je remarque que Pétrolia a tourné la tête vers lui, l’air de se demander comment un chien sal puisse me faire dire quelque chose comme ça.



*Voir « Ma belle ordure ».


Chapitre 8, À toi mon Serge
Serge
Tout le monde me regarde. C’est mon tour. J’ouvre la valve de ma tinque à émotion et je prend la parole.
-Valence Leclerc : Prend son travail à cœur, mauvaise cuisinière, rassurante. Pétrolia Parenteau-Stanislavski : J’ai tu hâte qu’à me répare comme faut, moi. Déterminée, imaginative. Bob Dieudonné-Marcelin : Met les gens autour de lui de bonne humeur, mange trop, sympathique. Flavien Bouchard : Généreux, maladroit, courageux. Charles Patenaude : Motivant, mauvais conteur de jokes, loyal. Brad Spitfire : Intelligent, chien sal, imaginatif.

Tout le monde, y compris Brad, me lancent un drôle de regard.
-Ben quoi, me défendis-je. Avec toutes les excuses qu’il invente pour fuir le risque…
-Ah, ben oui, firent les autres.

Pour moi, c’était une épreuve très facile. Je suis un robot. J’ai pas vraiment de sentiment. Mais c’étais pas ça l’important. L’important, c’était que tout le monde réussisse. Au fond de moi, je savais que réussir ce défi de Dieu en personne, c’était la même chose que trouver la planète.

Mario (drôle de nom pour une divinité) se tourna vers Pétrolia. À ton tour, ma belle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dino
Fanfickeur(euse)
Fanfickeur(euse)
avatar

Nombre de messages : 366
Localisation : Une ville qui à fait la guerre entre Lachine et les États-Unis
Date d'inscription : 23/07/2005

MessageSujet: Les vraies pensées   Lun 1 Aoû à 15:05

Chapitre 9, Les cours dires de Pet
Pétrolia
Mon tour à moi. J’étais l’avant dernière. Ça me choque. Ils auraient pu me faire passer dans les premiers. Ça m’aurait fait plaisir. Ben non. Faut que je passe avant dernière. Je pousse un long soupir et je commence mon bla-bla.

-Flavien. Il est vraiment un des gars les plus cool que je connaisse. Bob, un de mes meilleurs amis. Brad, un chien sal savant. Valence, une psychologue déterminée. Serge, ma superbe invention. Et le capitaine, un leader né.

Les regards se tournent vers moi.
-T’as fait ça court, me dit le bon yieux.
-Vous aviez juste à pas me passer avant-dernière.

Les autre membre d’équipages sourient. Ils me connaissent. Je déteste faire quelque chose dans les derniers. Je veux être dans les premiers. Je suis une fonceuse. Mais, c’est une médaille à deux faces.

Quand il faut y aller, qu’on combat des E.T. ou que c’est le temps de jouer à « Frappons Brad à grand coups de pied dans l’estomac », la c’est une chose positif d’être fonceur, d’être comme moi.

Quand il faut attendre son tour, et qu’on passe dans les derniers, que presque tout le monde passe devant moi, là, c’est négatif d’être fonceur. Parce que je suis frustrée d’être en arrière. Je me fâche pis ce sont les autres qui écopent.

En tout cas, c’est pas ben grave. Maintenant, il reste juste Bob à passer. J’ai comme l’impression qu’on va beaucoup rire…

Chapitre 10, Pensons en pogo-man
Bob
Ouen, ben je pense que c’est à moi. Je suis le dernier. Toutes les têtes sont tournées vers moi.
-Heu, ben, Flavien, c’est un bon gars. Heu, c’est mon meilleur ami. Pétrolia est drôle pis heu… est bonne pour inventer des inventions.

Mmm, c’est mal parti mon affaire. Les autres ont déjà l’air de penser que je sais pas m’exprimer.
-Pis heu… Serge, c’est un robot. Heu… Il est gentil. Faque heu… je suppose que je pense que je dirais que c’est un gentil robot.

Pauvres eux autres! Je dois être en train de les endormir. Mais, c’est la vie.
-Heu… Brad y’é l’fun à frapper. Pis heu… Il est capable de faire des calculs vraiment compliqué. C’est la seule chose qui fait qui est encore vivant.

Je me suis peut-être mal expliqué. Brad vient de virer pâle comme un drap. Chu pas sûr, mais je pense qui restera pas conscient longtemps. Mais bon, je peux me tromper.
-Le capitaine heu… y’é bon pour nous diriger dans la mission. Pis heu…

Je dois vraiment avoir l’air fou, moi là. Heureusement qui me reste rien que une personne à faire, parce que je suis sur le bord de saigner du nez.
-Finalement, Valence. Heu… C’est une chosologue. Elle est aimable. Je suppose que ça fait qu’elle est une aimable chosologue.
-Psychologue, Bob, corrige Valence. Psychologue.

Bon, pour moi, c’est confirmé : je sais pas m’exprimer!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dino
Fanfickeur(euse)
Fanfickeur(euse)
avatar

Nombre de messages : 366
Localisation : Une ville qui à fait la guerre entre Lachine et les États-Unis
Date d'inscription : 23/07/2005

MessageSujet: Les vraies pensées   Lun 1 Aoû à 15:09

Chapitre 11, La récompense
Capitaine
Bob à fini de parler. Je tourne vers le bon yieux.
-Quel est la récompense que vous nous aviez promise?
-Vous le saurez en temps et lieux, me répond-il.
Puis, il disparaît dans une lumière aussi forte et blanche que celle de son arrivée.
-Bon, fait Brad, déçu et frustré. On dirait que j’ai tout dit pour rien.
-Mais non, le rassure Valence. Ça va aider les autres membres d’équipage à vous apprécier.
-Il faut juste espérer que c’était pas ça la récompense divine qui nous attendait, remarquais-je.
-Trois jours après le une semaine plus tard de tantôt-

Je suis dans la salle de commandement avec Flavien, Bob et Brad. Le scientifique ouvre grand les yeux en lisant un rapport de sonde.
-Capitaine, je pense qu’on l’a.
Je me précipite vers lui. Je lis le rapport par dessus son épaule. Eau, oxygène, atmosphère parfait, air respirable, faune, flore, assez d’espace pour l’humanité, climat tempéré, pas de tite bibitte, le gaz à 75 cents et des bonbons durs gratuits à l’accueil.

L’aurait-on enfin? J’envois Pétrolia, Valence, Serge et Bob explorer la planète. Flavien regarde son radar.
-Les continents sont placés exactement comme sur Terre. Les cours d’eaux sont identiques, mais en moins pollués. En fait, tout est identique à la Terre. C’est juste qui a pas de roché Percé pis que les Lightings de Tempa Bay sont poches sur cette planète là.
Je réfléchis. L’aurait-on enfin? Cette question revient sans cesse dans ma tête.

Brad fait les analyses des échantillons que les explorateurs ont rapporté.
-Tout est bon capitaine, me dit-il, avant de bondir en l’air et de crier comme un malade : ON L’A!!! ON A TROUVÉ LA PLANÈTE!!!

Dix ans se sont écoulés depuis. Pétrolia et Flavien se partis en appart. Il on eu une belle petite fille nommée Sophie Bouchard, qui a maintenant six ans. Pétrolia s’est ouvert une garderie chez elle. Les enfants l’adorent. Flavien, lui, est devenu champion Olympique en haltérophilie. Sa moitié extraterrestre l’aide beaucoup. Il est connu dans le monde entier pour sa force. Lui et Pétrolia songent à se marier prochainement. La petite Sophie, quand à elle, souhaite devenir médecin, comme la fille dans les histoires de son père.

Bob a compris qu’il n’aurait jamais Pétrolia. Il s’est ouvert un restaurant qu’il a appelé « Au royaume de pogo ». C’est là que nous nous réunissons toute la gang pour parler de nos aventures précédentes. Il s’est fait beaucoup d’argent grâce à son commerce et il a décidé de le dépenser dans l’ouverture d’un autre resto. Sa nourriture est très populaire. Il a la réputation d’être le meilleur cuisinier au monde!

Serge est prof de math dans une polyvalente. Il a trouvé le moyen de télécharger Gervais dans un ordinateur portable qu’il m’a offert en cadeau, souvenir de la mission. Il est rendu à Serge-15 et cela fait quatre ans qu’on a pas eu à le réparer. Il s’est loué un petit appartement qu’il partage avec sa coloc, Julie-13. Ils s’entendent très bien, et bien qu’ils ne veuillent pas l’avouer ni un, ni l’autre, je persiste à croire qu’il y aurait plus que de l’amitié entre eux.

Brad est celui qui a le plus changé. Il est plus sympathique. En fait, je dirais même qu’il est d’agréable compagnie. Il s’est vidé le cœur à nous tous peut après la découverte de la planète. Il a vécu des chose horribles, mais maintenant, c’est du passé. Il a eu un garçon nommé Mathieu Spitfire-Bélanger qui a maintenant trois ans. Il est le propriétaire de Spitfire corporation et la compagnie va maintenant droit. La mère de Mathieu est d’ailleurs une de ses employées, qui, comble de l’ironie se nomme Linda. Pas Lindâ, mais bien Linda Bélanger. C’est drôle quand même, non.

De mon côté, je suis toujours avec Valence. Elle, elle travaille à la garderie de Pétrolia, qui habite l’autre côté de la rue, juste à côté de Brad qui habite en face de chez Serge. Serge, lui, habite à côté de chez Bob. En d’autres mots, on habite tous dans le même coin. Valence est toujours aussi mauvaise cuisinière. Moi, je dirige toujours quelques mmmmissions. Pas des grosses. J’ai trop peur de partir plus d’une semaine et de m’ennuyer de mes deux enfants, Alexandra, sept ans et Thierry, cinq ans.

Et comment avons-nous nommé la planète? Super Mario. Mais nous nous sommes bien gardés de dire que ce n’était pas parce que nous trippions sur le nintendo 64.

Fin

*Tite note* Cette fic comporte exactement 3935 mots, 22 190 caractères (espaces compris), 188 paragraphes et 432 lignes. Je la sais grâce à la fonction « Statistique » de Microsoft Word.
*Autre tite note* Je sais que les chapitres sont cours, mais c’est qu’il n’y avait parfois pas grand chose à dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: (FT) Les vraies pensées, G   

Revenir en haut Aller en bas
 
(FT) Les vraies pensées, G
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les pensées de San Antonio
» Le penseur et la pensée
» Pensées d'un jeune homme - IV
» Folles pensées
» Perdu dans ses pensées

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dug-fanfics :: La planète Fanfic :: La bibliothèque de Serge-
Sauter vers: